Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Le bilan provisoire de l’attaque terroriste qui a visé le Café Istanbul dans la nuit du dimanche 13 au lundi 14 août 2017 est de 18 tués et d’une dizaine de blessés. Les deux terroristes ont été abattus par les forces de défense et de sécurité au cours de l’assaut. Dans la matinée de ce lundi, la police technique et scientifique et les enquêteurs avaient investi les lieux en vue de rechercher des éléments de réponses à cette attaque terroriste qui reste jusque là non revendiquée.

Les forces de sécurité recherchent activement un véhicule pick-up, bâche blanche, N° 1971, immatriculée au Niger. Aussi, selon Alpha Barry, le ministre en charge des Affaires étrangères qui étaient sur les lieux peu avant midi de ce lundi, 15 des 18 victimes avaient été identifiées. Elles sont issues de 8 nationalités.

Il s’agirait de 7 Burkinabè, 2 koweitiennes, 1 canadienne, 1 Français, 1 Sénégalais, 1 Nigérian, 1 libanais, 1 Turc.

Le procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou rencontrera la presse dans la soirée pour faire le point sur les débuts de la procédure judiciaire enclenchée quelques heures après l’attaque. 

Par ailleurs, le ministère de la Santé a informé la population qu’une cellule d’urgence médico-psychologique a été mise en place pour l’accompagnement de toutes les victimes dans la salle de conférence du service de Psychiatrie de l’hôpital Yalgado Ouédraogo.

Selon le parqueur du Café, l’attaque a été perpétrée par deux terroristes, l’un de teint clair et l’autre de teint noir. 

Après l’attaque, on a assisté à une vague de condamnation dont celle des présidents français, guinéen et sénégalais. Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré dans un bref message a condamné cette attaque avec la dernière énergie.

« J'adresse mes condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Je salue la bravoure de nos forces de défense et de sécurité dont l'engagement a permis de neutraliser les terroristes. La lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine. C'est pourquoi, j'en appelle à la vigilance, à la solidarité et à l'unité de toute la Nation pour faire face à la lâcheté de nos adversaires » a-t-il indiqué.

En rappel, l’attaque s’est déroulée ce dimanche 13 août 2017 aux environs de 21 heures, selon un communiqué gouvernemental. Elle avait pour cible principale le restaurant «Istanbul», situé sur l’avenue Kwamé N’Krumah, à Ouagadougou, à quelques dizaines de mètres du café Cappuccino, lui-même cible d'une attaque djihadiste sanglante en janvier 2016 qui avait fait 30 morts.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir