Aujourd'hui,
URGENT
Comores: Azali Assoumani réélu président dès le 1er tour selon la Céni avec 77% des voix ; l'opposition conteste le résultat (RFI)
Burkina: une production record de 52, 662 tonnes d’or en 2018 (Officiel)
Algérie: le chef de l'armée demande à ce que le président Bouteflika soit déclaré inapte (RFI)
Burkina: le Syndicat de la santé humaine et animale en grève de 48 h à compter du 17 avril 2019 (préavis)
Brexit: Theresa May perd le contrôle de la Chambre des communes
Soum: un passager blessé dans un attentat à la mine (AIB)
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc

POLITIQUE

Le général de division Xavier de Woillemont, commandant sortant de la Force Barkhane, a affirmé mardi 25 juillet 2017 que l’armée française n’était pas en mesure de confirmer ni d’infirmer la mort de Ibrahim Malam Dicko, ce terroriste Burkinabè qui a revendiqué des attaques meurtrières au Burkina Faso.

 
Un message publié le 27 juin sur une page Facebook supposée appartenir  à Ansaroul islam, le groupe terroriste fondé par Ibrahim Malam Dicko, sous-entendait la mort du chef djihadiste qui dirigeait jusque-là l’organisation. Le même message affirmait que Jafar Dicko, qui serait son frère cadet, prenait les commandes du groupe terroriste. Des sources sécuritaires précisaient que l’homme a été affaibli depuis l’opération Bayard, menée fin avril par la force Barkhane dans la forêt de Foulsaré, son fief.

L’importante pression des opérations militaires régulières qui le forcent à bouger sans cesse ne lui permettaient plus de soigner correctement son diabète, ajoutaient ces sources. Dans ces conditions, le chef djihadiste, originaire de la région de Djibo, pourrait avoir succombé.

Interrogé sur la question alors qu’il sortait d’une audience avec le chef de l’Etat burkinabè ce mardi,  le général de division Xavier de Woillemont, commandant sortant de la Force Barkhane a reconnu qu’il y a eu «une série d’opérations militaires menées par l’armée du Burkina Faso, appuyée et soutenue par Barkhane et aussi en coopération avec l’armée malienne», et cela, «conformément au principe de fonctionnement du G5 Sahel sur les frontières avec les deux Etats, sur l’attrition des groupes qui sont dans cette région». 

Mais ajoutera-t-il, il ne peut «ni confirmer ni infirmer l’information faisant état de la mort du sieur Dicko», l’ayant aussi appris par voie de presse. De toute façon, «si on avait cette information, ce serait à l’armée du Burkina Faso ou au Burkina de le dire et de le confirmer», a assuré celui qui était venu à la présidence pour présenter à Roch Marc Christian Kaboré son successeur à la tête du commandement de la Force Barkhane, le général de division Bruno Guibert.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé