Aujourd'hui,
URGENT
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)
Etats-Unis: au moins douze morts dans une fusillade en Californie
Musique: le Rwandais Buravan, est le lauréat du Prix Découvertes RFI 2018
Burkina: augmentation de 75 FCFA du prix du carburant à partir du vendredi 9 novembre 2018 (conseil des ministres).
Pakistan: la chrétienne Asia Bibi poursuivie pour blasphème et acquittée il y a une semaine a été libérée (Officiel)
Ouagadougou:  l'échangeur du nord ouvert à la circulation le 15 novembre 2018
Burkina: près 700 000 femmes ont bénéficié de la gratuité de l’accouchement (président du Faso)
Cameroun:  Paul Biya  a prêté serment pour son 7e mandat

POLITIQUE

L’ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes a célébré ce vendredi 14 juillet 2017  à Ouagadougou la fête nationale française.  Au cours de la soirée à la quelle ont pris part plusieurs personnalités burkinabè dont quelques membres du gouvernement, le diplomate a fait le point de sa première année de présence en terre burkinabè. Cocktail, allocution de l’ambassadeur et exécution du Ditanyè et de la Marseillaise ont constitué les temps forts de cette soirée tenue à la Résidence de France. 

Nommé en septembre 2016 comme ambassadeur de  France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes a quasiment bouclé sa première année de fonction au Burkina. Il a saisi l’occasion devant les amis et les partenaires de la France pour dresser le bilan de son action.

« J’ai été frappé tout au long de cette année par la densité et la diversité de nos relations bilatérales. De ce point de vue, ces derniers mois ont été riches ou plutôt les premiers mois de ma mission ont été riches en visite qui sont d’autant de signes que les Français, ONG, collectivités territoriales, parlementaires et gouvernement, accordent au Burkina Faso et de l’intérêt qu’ils lui portent. (…) Trois sénateurs des français de l’étranger, deux délégations parlementaires de la commission de la défense et des affaires étrangères de l’Assemblée nationale française et le président de l’Assemblée nationale ont tenu à venir jusqu’à Ouagadougou » a fait savoir le diplomate français.

Au vu de la densité et de la diversité des relations surtout avec la « réussite » de la conférence des donateurs de Paris sur le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES), Xavier Lapeyre de Cabanes a indiqué que « le destin de la France est lié à celui du Burkina ». Car à l’en croire c’est ce qui justifie la première place de la France parmi les partenaires techniques et financiers du Burkina.

La coopération française, a-t-il dit en substance, est orientée essentiellement vers le développement, la sécurité et surtout vers les domaines prioritaires définis par le gouvernement burkinabè. C’est dans cette optique que la France a décidé d’accompagner le programme d’urgence pour le Sahel (2017-2020) décidé par le Burkina d’un coût de plus de 414 milliards de F CFA. Ledit plan qui sera financé par le Burkina et ses partenaires vise l’amélioration des conditions sécuritaires et la réduction de la vulnérabilité de la population du Sahel.

« Les secteurs prioritaires de la coopération française sont ceux fixés par le Burkina. Notre politique de développement n’a pas d’autres objectifs que d’aider le Burkina Faso à mettre en œuvre sa propre politique de développement. Le Burkina Faso nous a donné leur feuille de route qui est le PNDES et le programme d’urgence pour le Sahel » a signifié le diplomate. A cet effet, le soutien français est orienté sur les domaines de la formation, de l’éducation, des infrastructures, de l’énergie solaire, de l’agriculture et de la sécurité. Les prévisions d’engagement financiers de la France pour accompagner la mise en œuvre du PNDES jusqu’à 2020 sont de l’ordre de 450 millions d’euros soit plus de 292 milliards de F CFA.

Le ministre burkinabè en charge des Affaires étrangères, Alpha Barry a indiqué pour sa part que la relation  franco-burkinabè est au beau fixe au vu de la diversité des axes de coopération. Aussi il n’a pas manqué de souligner l’apport de la France dans la lutte contre le terrorisme et surtout dans le développement de la région du sahel.

« La France s’est engagée à nous appuyer et à nous aider dans la lutte contre le terrorisme mais en même temps à nous appuyer en matière de développement dans la zone concernée par le terrorisme. Aussi, nous avons vu l’engagement du président français auprès des autres partenaires à soutenir le G5 Sahel dont fait partie le Burkina » a révélé le chef de la diplomatie burkinabè.

En rappel, le 14 juillet, la fête nationale de la République française a été instituée en 1880 pour commémorer deux événements : la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 et la fête de la fédération du 14 juillet 1790.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir