Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

POLITIQUE

En début d’après-midi de ce vendredi 7 juillet 2017, le ministre en charge de la Justice, René Bagoro était face aux médias. Avec à ses côtés son homologue de la Communication, Rémi Dandjinou, Alioun Zanré Commissaire du gouvernement au tribunal militaire et Sita Sangaré, Directeur de la justice militaire. Le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Protection civique avait pour ambition de communiquer sur l’avis du Groupe de travail du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies concernant la détention du général Djibril Bassolé. De cette conférence de presse, l’on retient qu’il s’agit ici juste d’un avis et non d’une injonction.


Le gouvernement burkinabè demande de laisser la justice faire son travail. Et en aucun cas, «conformément à la constitution, aux engagements contractés dans le cadre du pacte national pour le renouveau de la justice et à ses engagements internationaux, on ne peut et ne doit s’immiscer dans le fonctionnement de la justice», martèle le garde des sceaux.

Cette sortie de René Bagoro intervient après que le Groupe de travail du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies a rendu public son avis sur la détention de Djibril Bassolé.  Qualifiant cette détention d’arbitraire, le groupe de travail demandait à l’Etat Burkinabè de libérer immédiatement le général Bassolé, détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées.

Le ministre burkinabè de la Justice explique que, pour donner son avis, le groupe de travail s’est basé sur les faits que «M. Bassolé était un gendarme mis en disponibilité de sorte qu’il avait retrouvé son statut de civil au moment des faits en cause. Dès lors, il devrait être soumis à la justice civile et non la justice militaire.» Ces experts estiment que «soumettre M. Bassolé à la justice militaire dans les circonstances de la présente affaire viole son droit à un procès équitable de façon irrévocable.»

Pas de quoi ébranler le gouvernement du Burkina Faso qui estime que le fait de mettre fin à la disponibilité du général Djibril Bassolé répondait à un souci de discipline militaire et ne visait nullement les intérêts de la procédure pénale. « En effet, les militaires en disponibilité conservent leur statut de militaire au sens du code de justice militaire. (…) En droit burkinabè, il n’est pas exclu que le Tribunal militaire soit compétent à l’égard de personnes civiles », s’est empressé de faire savoir M. Bagoro.

Le ministre de la Justice déplore «le fait que le groupe de travail n’ait pas permis au gouvernement de se défendre sur cet aspect du problème».

Tout en confiant que l’Etat burkinabè va demander le réexamen de l’affaire sur les méthodes de travail du groupe de travail à propos de la détention arbitraire de Djibril Bassolé, René Bagoro assure : la procédure judiciaire suit son cours.

Le directeur de la justice militaire, le colonel Sangaré, croit savoir même que le dossier est suffisamment avancé. «Je peux dire qu’aujourd’hui, toutes les auditions sont terminées. On niveau du parquet, on a tous les éléments nécessaires pour aller au jugement. Très bientôt nous irons au jugement», promet Sita Sangaré.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé