Aujourd'hui,
URGENT
Comores: Azali Assoumani réélu président dès le 1er tour selon la Céni avec 77% des voix ; l'opposition conteste le résultat (RFI)
Burkina: une production record de 52, 662 tonnes d’or en 2018 (Officiel)
Algérie: le chef de l'armée demande à ce que le président Bouteflika soit déclaré inapte (RFI)
Burkina: le Syndicat de la santé humaine et animale en grève de 48 h à compter du 17 avril 2019 (préavis)
Brexit: Theresa May perd le contrôle de la Chambre des communes
Soum: un passager blessé dans un attentat à la mine (AIB)
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc

POLITIQUE

La commission Ad hoc chargée de la réorganisation et de la relance du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a réuni ses membres ce dimanche 2 juillet 2017 à Ouagadougou. Objectif : dresser le bilan à mi-parcours des opérations de renouvellements des structures  géographiques du parti entamées le 25 mars dernier. Cette  refondation a pour but de favoriser « la consolidation de l’organisation du parti et la relance de ses activités, afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle comme force motrice de l’opposition républicaine au service de la démocratie burkinabè et du développement du pays».

Plus de trois mois après le début de cette opération, le bilan à mi-parcours se veut satisfaisant pour le premier responsable de la commission, Léonce Koné : « Le bilan à mi-parcours est plutôt satisfaisant même si nous n’avons pas terminé le travail de renouvellement de nos structures qui du reste est bien avancé. Il se déroule dans un climat consensuel sans doute quelques fois avec des divergences d’opinion, de quelques palabres. Mais globalement les choses vont dans le bon sens ».

A ce stade donc, près des trois quart des structures provinciales du parti ont été renouvelées. A l’issue des provinces, le processus s’étendra aux départements avant de remonter au niveau du plan national. In fine, l’objectif visé est de souffler du dynamisme aux activités du parti.

Par ailleurs, Léonce Koné a saisi l’occasion pour apporter sa lecture et celle du parti sur des sujets de la vie politique nationale. D’une part, se prononçant sur le procès en cours du dernier gouvernement de Blaise Compaoré devant la Haute cour de justice, il a indiqué que ledit jugement n’est que politique.

« Contrairement à ce que prétendent certains de nos adversaires, en usant de mauvaise foi, ce que nous recherchons dans cette affaire ce n’est pas de l’impunité. C’est au contraire de la justice.  Mais une justice sérieuse, crédible, équitable fondée sur la stricte application des règles de droits qui régissent cette matière (…) Nous voulons la justice parce que nous aussi nous avons des griefs à faire valoir du fait des violences survenues en 2014 et même en 2016 » a fait savoir M. Koné.

Pour lui, l’incendie des domiciles d’une dizaine de leurs camarades et du siège du CDP qui aurait occasionné le décès de leur doyen Salif Ouédraogo sont aussi des faits qui méritent l’ouverture d’une information judiciaire.

En ce qui concerne la révision des articles anticonstitutionnels soulignés par le Conseil constitutionnel introduite par le gouvernement, il a indiqué qu’au lieu que la possibilité de l’appel soit attribuée à une juridiction hors de la Haute Cour, ladite révision proposée par l’exécutif institut cette instance d’appel dans l’organisation interne de la Haute Cour. Une manière qui selon Léonce Koné, vide « complètement le sens de la garantie supplémentaire d’équité que l’appel est supposé conférer aux justiciables ». Par conséquent, il a indiqué que les députés du CDP feront barrage à ce projet de loi.

D’autre part, il a dénoncé ce qu’il a appelé de campagne d’intimidation des dirigeants du CDP à savoir l’intrusion dans le domicile de Eddie Komboïgo à Samandin, de Achille Tapsoba et de celui d’un ancien ministre. A l’en croire, les membres du CDP « ne sont pas sujets à l’intimidation » et malgré tout, ils continueront « résolument l’œuvre de redressement et de consolidation du parti ».

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé