Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

POLITIQUE

La modification de la loi organique de la Haute cour de justice figure à l'ordre du jour de la session extraordinaire de l'Assemblée nationale, ouverte ce mardi 20 juin 2017.
Si la présente session a été convoquée, c’est pour examiner cinq projets de loi et d’initier le débat d’orientation budgétaire. Au nombre de ses projets de loi, figure celui organique portant modification de la loi organique N°20/95/ADP du 16 mai 1995 portant composition et fonctionnement de la haute cour de Justice et procédure applicable devant elle.


L’examen de ce projet de loi est essentiel pour la suite du procès des membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré. Certaines dispositions avaient été jugées contraires à la constitution par le Conseil constitutionnel. Les sages estimaient notamment que les articles 21 et 23 applicables devant la Haute Cour de justice, interdisant tout appel en second degré sont contraires à la Constitution burkinabè.

Ils abondaient ainsi dans le sens des avocats des membres du dernier gouvernement de l’ex Premier ministre Luc Adolphe Tiao, accusés d’avoir ordonné la répression sanglante de l’insurrection populaire d’octobre 2014.

Leur décision avait conduit la Haute cour de justice à surseoir au jugement des ex membres du gouvernement Luc Adolphe Tiao, en attendant le toilettage des articles jugés contraires à la loi fondamentale.

A noter qu’au cours de cette session extraordinaire (qui se tient à la demande du Premier ministre, conformément à l’article 88 de la Constitution), seront également examinés le projet de loi portant modification de l’ordonnance 68-7 du 21 février 1968 portant institution d’un code de procédure pénale ; le projet de loi portant organisation, fonctionnement et procédure applicable devant la chambre criminelle ; le projet de loi portant protection des défenseurs des droits humains au Burkina Faso et le projet de loi portant modification de la loi n°24/94/ADP du 24 mai 1994 portant code de justice militaire.

Le sixième dossier inscrit à l’ordre du jour de cette session extraordinaire est relatif au débat d’orientation budgétaire sur le document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2018-2020. La clôture de cette session extraordinaire est prévue pour le mardi 4 juillet 2017.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé