Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

POLITIQUE

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), en collaboration avec la Codel et Diakonia, a, au cours de son traditionnel « Dialogue démocratique », rendu public les résultats du sondage d’opinion « Présimètre » du 1er semestre de l’année 2017. Sous forme d’exposé présenté par Issoufou Nana, expert statisticien, la restitution s’est déroulée ce vendredi 9 juin 2017 à Ouagadougou.



C’est avec beaucoup d’intérêts que le CGD et ses partenaires suivent les actions que mène l’exécutif depuis son accession au pouvoir. C’est dans ce sens, qu’il est donné aux populations d’apprécier et d’évaluer les actes posés dans le cadre de la politique du président du Faso, à travers une enquête initiée par le Centre pour la gouvernance démocratique.

De façon générale, il ressort que les résultats de ce sondage ont permis de dégager deux enseignements, selon Issoufou Nana. Il s’agit des engagements pris par le Chef de l’Etat dans certains domaines, dont l’accès à la santé pour tous, l’éducation, la promotion de la femme, etc. A ce niveau, pour M. Nana, « on s’est rendu compte qu’au niveau de ces engagements, le niveau de satisfaction est relativement moyen autour de 50-52% ».

L’autre leçon à tirer de ces résultats, c’est la disparité des opinions selon que l’on se trouve en milieu rural ou urbain. « On constate avec ce sondage, que c’est beaucoup plus en milieu rural que le niveau de satisfaction ou de confiance en la tenue des engagements du président est relativement élevé par rapport au milieu urbain», fait remarquer Issoufou Nana.

En ce qui concerne les engagements pris par le président Kaboré sur les questions de la santé, il est ressort du sondage que la politique de la gratuité des soins est  l’élément le plus satisfaisant. Toutefois, pour ce qui est du cas des enfants de 0 à 5 ans, à en croire l’exposant du jour, « il y a lieu sur ce sujet de relativiser. Certes le principe est bien accepté, mais les citoyens pensent que dans la mise en œuvre il faut revoir, puisqu’il y a des distorsions.»

Par ailleurs, en portant un regard sur la question des engagements pris en faveur de la jeunesse, il est à noter un taux de confiance ou de satisfaction en dessous de la moyenne. Cette insatisfaction trouve sa raison dans « les promesses non tenues », ou encore « la non perceptibilité d’actions menées à l’endroit des jeunes ».  Cependant, tout en reconnaissant que des mesures ont été prises (projet HIMO, recrutement d’enseignants), « le citoyen pense que ce ne sont pas de mesures qui vont  véritablement de façon structurelle faire sortir la jeunesse de sa précarité », confie Issoufou Nana.

Il a aussi été donné aux populations de se prononcer sur la gestion que fait le gouvernement sur des questions d’actualités telles que la sécurité, les attaques terroristes. A propos de cet aspect, il est estimé à 55% le niveau de satisfaction. Néanmoins, les interrogés ont pu donner leur avis sur un ensemble de points prenant en compte l’affaire des Koglwéogos, le jugement du gouvernement Tiao, l’indépendance de la magistrature, les délestages, le dialogue avec les syndicats, la lutte contre la corruption, le PNDES, et bien d’autres.

Cette démarche du centre pour la gouvernance démocratique et ses partenaires, effectuée du 15 au 21 mai 2017, visait à contribuer au suivi citoyen de l’action publique. Elle a pris en compte un échantillon estimé à 1590 citoyens, dans les 13 régions du pays et dont âgés de 18 ans au moins.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir