Aujourd'hui,
URGENT
Comores: Azali Assoumani réélu président dès le 1er tour selon la Céni avec 77% des voix ; l'opposition conteste le résultat (RFI)
Burkina: une production record de 52, 662 tonnes d’or en 2018 (Officiel)
Algérie: le chef de l'armée demande à ce que le président Bouteflika soit déclaré inapte (RFI)
Burkina: le Syndicat de la santé humaine et animale en grève de 48 h à compter du 17 avril 2019 (préavis)
Brexit: Theresa May perd le contrôle de la Chambre des communes
Soum: un passager blessé dans un attentat à la mine (AIB)
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc

POLITIQUE

La 20è édition de la Journée nationale du paysan (JNP) finie, les regards sont désormais tournés vers la 21è édition qui se tiendra en 2019 au lieu de 2018 à Gaoua. C’est du moins ce qui a été retenu par les acteurs à l’issue de leur traditionnelle rencontre avec le chef de l’Etat ce samedi 13 mai 2017 à Kaya, ville qui abritait l’édition 2017.


Placée sous le thème : «Journée nationale du paysan: 20 ans d’existence, bilan et perspectives», l’édition 2017 de la JNP a inventorié ses acquis et envisagé des perspectives pour faire d’elle une véritable tribune de développement du monde rural. Plusieurs recommandations et engagements avaient été pris par les parties prenantes à l’édition précédente à Tenkodogo.

L’état de mise en œuvre desdites recommandations et engagement ont montré un «bilan satisfaisant». «Les résultats présentés montrent un bilan satisfaisant de mise en œuvre des recommandations au regard de la situation socio-politique et sécuritaire difficile qu’a connu notre pays au cours de l’année 2016. La création effective de notre banque agricole qui verra le jour d’ici peu est une parfaite illustration», a laissé entendre Mamadou Tamboula, membre de la Chambre nationale d’agriculture.

Nonobstant ces résultats satisfaisants, les acteurs du monde rural ne manqueront pas d’égrener un chapelet de problèmes dans les secteurs agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique. Manque d’infrastructures routières et de stockage, manque d’eau, de pistes de transhumance de bétail, d’abattoirs modernes, insuffisance de débouchés des produits transformés, faible autonomisation des organisations agricoles etc.

 «La mise en œuvre réussie du Plan national pour le développement économique et social est la solution à tous ces problèmes», a répondu le Premier ministre Paul Kaba Thiéba aux paysans. En plus de l’augmentation de la productivité du secteur agro-sylvo-pastorale, le chef du gouvernement a indiqué que «grâce au PNDES, le taux de commercialisation des produits agricoles sera augmenté de 25% à 35,5% en 2020».

Ces quelques repères sur les grands axes du secteur agricole dans la mise en œuvre du PNDES sont, pour Paul Kaba Thiéba, des repères de la transformation séculaire de l’économie nationale burkinabè. Aussi, le chef du gouvernement au nombre des nombreuses réalisations prévues dans ce secteur pour 2017, a annoncé la mise en œuvre effective du barrage de Samandeni pour la fin du mois de juin 2017.

La JNP se tiendra désormais tous les deux ans. Selon le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, «cela permettra la mise en œuvre efficiente des recommandations entre deux JNP avec un temps relativement suffisant». Mais pour certains acteurs, il faut commencer cette mue par le renouvellement des organes dirigeants. Tout en rassurant le monde paysan de la prise en compte des différentes propositions, le chef de l’Etat a annoncé que la prochaine JNP se tiendra en 2019 et demande aux différents acteurs, de s’impliquer davantage dans son organisation.    

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé