Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: Paul Daumont et Awa Bamogo en bronze aux championnats d’Afrique de cyclisme (AIB)
Burkina: les deux enseignants enlevés le 11 mars dernier sur l'axe Djibo-Kongoussi ont été assassinés ce lundi 18 mars
France: le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles
Kazakhstan: le président Noursoultan Nazarbaïev annonce sa démission après près de 30 ans de pouvoir
Mozambique: le bilan humain du cyclone «pourrait dépasser les 1000 morts»
Musique: le chanteur congolais Koffi Olomidé a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agressions sexuelles sur mineure
Mozambique: la ville de Beira terrassée après le passage du cyclone Idai, 73 morts comme bilan provisoire
Golf: le Burkina Faso remporte la « Ryder cup 2019 » devant le Japon
Burkina: Trois morts et des blessés dans l’attentat à la mine dans la Komandjari, Est du pays (AIB)
Pays-Bas: fusillade dans un tramway, au moins un mort plusieurs blessés

POLITIQUE

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba et quelques membres de son gouvernement ont eu ce jeudi 4 mai 2017 une session de travail avec la délégation du Millénium Challenge Corporation (MCC) qui séjourne à Ouagadougou  dans le cadre de la formulation du deuxième compact. La délégation américaine était conduite par Melissa Ho, directrice des opérations du MCC pour l’Afrique et l’ambassadeur des États-Unis au Burkina, Andrew Young.

Après avoir obtenu le premier compact qui a pris en fin en 2013, le Burkina Faso a été sélectionné pour bénéficier d’un deuxième compact du MCC. Avant d’arriver à la signature matérielle du compact entre le MCC et notre pays, prévue en principe en juin 2019, il faut passer impérativement dans la case formulation dudit compact. C’est dans ce cadre donc, qu’une mission du MCC séjourne au Burkina depuis le 24 avril et ce jusqu’à ce 5 mai 2017. Afin d’accorder les violons sur certaines procédures, les deux parties (MCC et gouvernement burkinabè) ont eu une séance de travail au Premier ministère. 

A l’issue de cette réunion, la chef de la délégation américaine, Melissa Ho s’est dit très satisfaite des échanges. « Je suis très heureuse parce que j’ai constaté que le gouvernement burkinabè a un désir ardent d’aller très vite dans la mise en œuvre du processus du MCC » a indiqué Mme Ho pour qui les deux parties sont prêtes à travailler ensemble pour la mise en place d’un compact qui contribuera au développement du Burkina Faso.

Cette mission du MCC au Burkina a connu trois étapes. Il s’agissait d’abord de donner une vue d’ensemble du processus de formulation du compact en s’accordant sur un contenu et un agenda dudit processus. Ensuite, lancer le processus d’analyse des contraintes à travers la collecte d’informations et de rencontre avec des personnes ressources. Enfin, l’équipe conduite par Mélissa HO a procédé à la première étape de consultations avec les parties prenantes : le gouvernement, les organisations de la société civile, les acteurs du secteur privé, le secteur bancaire et financier, etc.

« Le compact est un processus ou chaque étape doit être analysée par les deux parties ensemble. Cela est nécessaire pour que les uns et les autres mettent en œuvre quelque chose qui est partagée par les Américains et les Burkinabè. Nous allons traverser plusieurs étapes et c’est pour cela que nous demandons de la patience pour que nous puissions identifier les domaines dans les quels nous allons travailler pour que cela puisse impacter la vie des populations » a affirmé l’ambassadeur des États-Unis, Andrew Young.

Et pour une meilleure formulation du second compact, il a été mis en place une unité de coordination et de formulation du 2e compact du MCC, rattachée directement au Premier ministère. Si tous ce passe sans contrainte majeure, l’échéance pour la signature du compact a été fixée en juin 2019. 

En rappel, le gouvernement burkinabè avait signé avec le MCC, en juillet 2008, un compact de plus de 220 milliards de FCFA d’une durée de cinq avec pour objectif de réduire la pauvreté et stimuler la croissance économique. Les investissements étaient orientés entre autres dans les domaines de la sécurisation foncière, du désenclavement et du développement de l’agriculture. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé