Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Depuis le 21 février dernier, le Conseil supérieur de la communication (CSC) a entrepris une série de rencontres de concertation avec les médias sur le traitement de l’information liée à la question de la sécurité au Burkina Faso. Et au cours de ces rencontres, le CSC et les medias se sont mis d’accord sur un diagnostic à savoir que le traitement de l’information dans les medias «pêche». Ce lundi 3 avril 2017, la présidente de cette institution, Nathalie Somé, et ses collaborateurs ont été reçus par le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, pour aborder cette question.


De cette série de concertations avec les medias, Nathalie Somé a laissé entendre que c’est à l’unanimité que les hommes de medias ont reconnu qu’il faut un recadrage dans le traitement de l’information afin de pouvoir appuyer et soutenir les efforts du gouvernement dans la résolution des problèmes de sécurité que notre pays. «Ce sont les journalistes eux-mêmes qui ont fait des recommandations et parmi ces recommandations, il y a des solutions qui ne relèvent pas uniquement du CSC, notamment la question de l’accès à l’information sécuritaire et celle de la formation. Comme vous le savez, il est question de secrets militaires, et c’est de toutes ces questions que nous sommes venus discuter avec le ministre de la Sécurité et voir comment nous pouvons mieux prendre en charge la question de traitement de l’information», a expliqué la présidente.

Elle a par ailleurs déclaré que son institution et le ministère de la Sécurité ont mis en place un programme d’urgence média et sécurité qui verra le jour à la mi-avril. «Avec le ministre, nous nous sommes mis d’accord sur un programme d’urgence média et sécurité que nous allons incessamment lancer et probablement à partir du 14 de ce mois. Dans ce programme, il y a plusieurs activités telles que de l’information à la sensibilisation en passant par la formation.»

La présidente du CSC a saisi cette occasion pour lancer un appel à l’endroit des journalistes. Pour elle, «le beau journalisme c’est le journalisme qui pousse à la roue du développement» et d’expliquer que: «nous avons toujours dit qu’on ne peut pas parler d’une communication respectueuse des règles si nous perdons de vue des valeurs cardinales telles que le patriotisme, la solidarité, l’unité nationale et bien d’autre choses. Ne perdons pas de vue ces valeurs sinon nous faisons le lit des terroristes en ce qui concerne les questions sécuritaires

Elle dit être heureuse d’apprendre qu’au niveau du ministère de la Sécurité, une série de formations se déroulent actuellement à l’endroit des journalistes sur le traitement de l’information en période de crise car, c’est une des recommandations forte des journalistes.

Le ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, a salué la démarche du CSC. Selon lui, «la guerre asymétrique que les terroristes nous imposent commande que nous ayons avec nous l’ensemble des communicateurs, des hommes et femmes de presse de notre pays pour nous accompagner; sinon, il sera difficile pour nous de pouvoir compter nos victoires». Pour lui, cette formation des journalistes vient à point nommé car, «c’est nécessaire par ce que les journalistes n’ont pas le même niveau de formation et peut être que certains font certaines choses inconsciemment et cela gâte beaucoup de choses». Pour cela, souligne-t-il, «il faut compter aussi avec l’appui et l’apport de ces hommes de medias».

Pour ce qui est des informations diffusées sur les réseaux sociaux, Simon Compaoré a affirmé qu’il y a une réflexion en cours. Néanmoins, il exhorte les journalistes à toujours vérifier l’information des réseaux sociaux avant de les reprendre dans leurs medias.

Ylkohanno Somé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé