Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: saisie record de 200 tonnes de faux médicaments à Abidjan
Football: le Burkina Faso bat le Soudan du Sud par 2 buts à 1 au titre de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2021
Burkina: 32 terroristes neutralisés dans les régions du Centre-nord et du Nord
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays

POLITIQUE

«Les libéraux en coopération: coalitions, négociations et collaboration démocratique», c’est sous ce thème que s’est déroulée la 13e assemblée générale du réseau libéral africain, au Kenya, du 22 au 25 mars 2017. En tant que présidents de partis libéraux, Zéphirin Diabré (UPC) et Me Gilbert Noël Ouédraogo (ADF/RDA) ont pris part à cette rencontre. A travers une conférence de presse, tenue ce mercredi 29 mars 2017, ils ont fait le point des travaux de cette assemblée générale. Des conclusions, il est à retenir que Zéphirin Diabré a été élu vice-président, chargé de l’Afrique de l’Ouest.     



Cette 13e assemblée générale voulue par le réseau libéral africain, aux dires du président de l’UPC, s’est penchée sur les voies et moyens permettant aux libéraux de rester unis afin de défendre leurs valeurs et principes. Mais également, il s’agissait de mener la réflexion afin de voir la façon dont les obstacles à la coopération des libéraux peuvent être surmontés. C’est en substance ce qui a prévalu à ce que dans l’examen du thème général de la rencontre, « les questions de la formation des coalitions avant les élection, de la gestion des pays en situation de coalition, des leçons à tirer des différences expériences africaines, des meilleures formes de coopération entre libéraux sur le plan international, ont été approfondies », a résumé M. Diabré.

Ces échanges ont par ailleurs abouti à l’adoption de nombreuses résolutions. L’une de ces résolutions exhorte les pays africains à rester membres de la CPI. A cela s’ajoute une déclaration condamnant la violence faite aux femmes et un plan d’action du mouvement de la jeunesse libérale africaine. Ce fut également l’occasion pour cette institution de procéder à l’élection du nouveau comité exécutif. Composée de 7 membres, pour un mandat de 2 ans, cette équipe dirigeante sera présidée par Stevens Mokgalapa, du parti Alliance démocratique de l’Afrique du Sud. Dans cet exécutif, l’on retrouve Zéphirin Diabré, élu au poste de vice-président chargé de l’Afrique de l’Ouest, avec le «soutient très actif de l’ADF-RDA.

« Je mesure l’importance de la tâche qui m’attend, mais je sais pouvoir compter sur les partis libéraux frères du Burkina Faso comme l’ADF/RDA ou de la sous-région, pour faire en sorte qu’à l’heure du bilan, on puisse dire que le Burkina Faso n’a pas démérité», a déclaré Zéphirin Diabré. Il a ajouté que sa nouvelle fonction lui impose «désormais la tâche de faire diffuser plus largement les valeurs du libéralisme, et d’y faire grandir notre réseau en facilitant l’adhésion de nouveaux partis.»

Chose qui vraisemblablement a déjà commencé, puisque Le Faso Autrement du Dr Ablassé Ouédraogo, a exprimé son souhait de rejoindre le réseau. L’UPC et l’ADF/RDA se disent  disposés à parrainer cette nouvelle candidature burkinabè.

Le réseau libéral africain est un réseau de partis libéraux africains, fondé en juillet 2002 à Mombasa au Kenya, ayant adopté son acte constitutif en juin 2003 à Johannesburg en Afrique du Sud. Il compte aujourd’hui 53 membres, provenant de 30 pays, ce qui fait de lui le plus grand réseau politique continental.  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé