Aujourd'hui,
URGENT
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

La présidente du Parti pour le développement et le changement (PDC), Saran Séré/Sérémé, a quitté le navire PDC ce jeudi 5 octobre 2017. Cette démission de la présidente du PDC intervient après sa nomination au poste de Médiateur du Faso le 27 septembre dernier. Ceci pour se conformer aux textes qui lui imposent une neutralité absolue. En attendant le renouvellement des instances dirigeantes du parti, c’est le commissaire national de la jeunesse, Abdel Aziz Fadel Sérémé, qui occupe le poste de président.

A l’occasion de la rentrée politique du parti le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Simon Compaoré, 1er vice-président du parti, est revenu sur les récentes déclarations de Pascal Zaïda, coordonnateur du Cadre d’expression démocratique (CED) visant à tenir son meeting du 21 octobre 2017 «avec ou sans autorisation». Simon Compaoré a indiqué par ailleurs, que le dossier du juge d’instruction sur le putsch manqué du 15 octobre 2015 sera connu par la chambre criminelle ce 6 octobre 2017.

Daouda Simboro, le président du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) a démissionné de son poste pour convenance personnelle. Il quitte également ledit groupe avec 12 de ses camarades. Il a déjà annoncé former un nouveau groupe parlementaire qui portera le nom de  « UPC-Renouveau démocratique ». Ce nouveau groupe restera dans l’opposition parlementaire.

Le parti le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) tient sa rentrée politique ce jeudi 5 octobre 2017 sous le thème : «Le MPP face au défi de la sécurité, de la restauration de l’autorité de l’Etat et de la forte demande sociale». A l’occasion, le parti par la voix de son premier vice-président, Simon Compaoré, a rencontré la presse pour lancer un message à ses militants et à l’ensemble du peuple burkinabè.

La Convention des organisations de la société civile pour une observation domestique  des élections (Codel) a lancé officiellement ses activités ce jeudi 5 octobre 2017 à Ouagadougou. A compter de ce jour, la Codel s’engage dans le suivi et le contrôle citoyen des politiques publiques et du programme présidentiel. La Codel, nouvelle version, a été présentée à la presse ce jeudi par son président, Me Halidou Ouédraogo. 

Annoncé pour le 7 octobre 2017 à la place de la nation de Ouagadougou, le meeting du Cadre d’expression démocratique (CDE) a finalement été annulé par la mairie de Ouagadougou. Ne comprenant pas ce «revirement» de situation alors que la mairie avait accordé l’autorisation pour la tenue dudit meeting, Pascal Zaïda, coordonnateur du CED, menace de traduire la mairie au tribunal administratif.

Pour apporter une réponse «appropriée» aux récurrentes crises sécuritaires que connait le pays, le gouvernement burkinabè organisera, du 24 au 26 octobre 2017 à  Ouagadougou, un forum national sur la sécurité. Les tenants et les aboutissants de cette rencontre qui connaîtra la participation de plus 500 personnes ont été expliqués à la presse ce mardi 3 octobre 2017 par le ministre d’Etat en charge de la Sécurité, Simon Compaoré.

Le Comité international mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) a officiellement lancé la campagne nationale et internationale de souscription populaire pour la construction d’un mémorial dédié à Thomas Sankara. C’était le 2 octobre 2017 au stade municipal Joseph Issoufou Conombo de Ouagadougou. C’est le président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré, avec à ses côtés l’ancien chef d’Etat ghanéen, John Jerry Rawlings, qui a donné le top le départ.

L’audience solennelle de la rentrée des juridictions burkinabè s’est tenue ce lundi 2 octobre 2017  dans la salle des banquets de Ouaga 2000 sous la présidence de Thérèse Traoré/Sanou, présidente du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré et plusieurs personnalités du pouvoir judiciaire, législatif et exécutif ont assisté au cérémonial officiel.

Une délégation de l’Union nationale des femmes (UNF) de l’UPC est allée rencontrer un groupement de femmes du secteur 3 de Ouahigouya, le samedi 30 septembre 2017. La délégation conduite par la présidente de l’UNF, l’honorable Henriette ZOUMBARE, voulait connaître le groupement et ses activités, et présenter l’UPC aux membres.

Le Réseau national de lutte anti-corruption (Renl-Lac), estime, dans cette déclaration,  que la justice du Burkina Faso doit être au service du citoyen lambda et montrer tous les gages suffisants pour une bonne administration de la justice dans la société.

C’est officiel, le Burkina Faso a désormais le statut de pays prioritaire de l’initiative présidentielle contre le paludisme des Etats Unis d’Amérique. Cette information a été rendue publique vendredi 29 septembre 2017 à l’occasion d’une conférence de presse à Ouagadougou. C’était en présence du ministre burkinabè de la Santé, Pr Nicolas Méda, et du chargé d’affaires à l’ambassade des Etats Unis au Burkina, David K. Young. Cette officialisation intervient après que l’information soit tombée le 21 septembre dernier, lors des assises de l’assemblée générale des Nations Unies.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé