Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays

La Convention des organisations de la société civile pour une observation domestique  des élections (Codel) a lancé officiellement ses activités ce jeudi 5 octobre 2017 à Ouagadougou. A compter de ce jour, la Codel s’engage dans le suivi et le contrôle citoyen des politiques publiques et du programme présidentiel. La Codel, nouvelle version, a été présentée à la presse ce jeudi par son président, Me Halidou Ouédraogo. 

Annoncé pour le 7 octobre 2017 à la place de la nation de Ouagadougou, le meeting du Cadre d’expression démocratique (CDE) a finalement été annulé par la mairie de Ouagadougou. Ne comprenant pas ce «revirement» de situation alors que la mairie avait accordé l’autorisation pour la tenue dudit meeting, Pascal Zaïda, coordonnateur du CED, menace de traduire la mairie au tribunal administratif.

Pour apporter une réponse «appropriée» aux récurrentes crises sécuritaires que connait le pays, le gouvernement burkinabè organisera, du 24 au 26 octobre 2017 à  Ouagadougou, un forum national sur la sécurité. Les tenants et les aboutissants de cette rencontre qui connaîtra la participation de plus 500 personnes ont été expliqués à la presse ce mardi 3 octobre 2017 par le ministre d’Etat en charge de la Sécurité, Simon Compaoré.

Le Comité international mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) a officiellement lancé la campagne nationale et internationale de souscription populaire pour la construction d’un mémorial dédié à Thomas Sankara. C’était le 2 octobre 2017 au stade municipal Joseph Issoufou Conombo de Ouagadougou. C’est le président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré, avec à ses côtés l’ancien chef d’Etat ghanéen, John Jerry Rawlings, qui a donné le top le départ.

L’audience solennelle de la rentrée des juridictions burkinabè s’est tenue ce lundi 2 octobre 2017  dans la salle des banquets de Ouaga 2000 sous la présidence de Thérèse Traoré/Sanou, présidente du Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré et plusieurs personnalités du pouvoir judiciaire, législatif et exécutif ont assisté au cérémonial officiel.

Une délégation de l’Union nationale des femmes (UNF) de l’UPC est allée rencontrer un groupement de femmes du secteur 3 de Ouahigouya, le samedi 30 septembre 2017. La délégation conduite par la présidente de l’UNF, l’honorable Henriette ZOUMBARE, voulait connaître le groupement et ses activités, et présenter l’UPC aux membres.

Le Réseau national de lutte anti-corruption (Renl-Lac), estime, dans cette déclaration,  que la justice du Burkina Faso doit être au service du citoyen lambda et montrer tous les gages suffisants pour une bonne administration de la justice dans la société.

C’est officiel, le Burkina Faso a désormais le statut de pays prioritaire de l’initiative présidentielle contre le paludisme des Etats Unis d’Amérique. Cette information a été rendue publique vendredi 29 septembre 2017 à l’occasion d’une conférence de presse à Ouagadougou. C’était en présence du ministre burkinabè de la Santé, Pr Nicolas Méda, et du chargé d’affaires à l’ambassade des Etats Unis au Burkina, David K. Young. Cette officialisation intervient après que l’information soit tombée le 21 septembre dernier, lors des assises de l’assemblée générale des Nations Unies.

C’est sous le signe de la relance, de la tolérance, de la cohésion et de l’unité nationale, que le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir), a placé sa rentrée politique 2017-2018. Responsables politiques, militants et sympathisants dudit parti étaient en ordre de bataille ce samedi 30 septembre 2017, à son siège à Ouagadougou.

30 septembre 2015-30 septembre 2017, cela fait deux ans que le général Djibril Bassolé est incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction de l’armée (Maca) de Ouagadougou pour son implication présumée dans le putsch manqué de septembre 2015. A l’occasion, ses partisans dont la Nouvelle alliance du Faso (NAFA) réclament sa libération.

30 ans après l’assassinat du capitaine Thomas Sankara, ancien président du Burkina Faso, le parti l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), attend et réclame toujours justice. A l’occasion de la commémoration du 15-Octobre, date anniversaire de l’assassinat du père de la révolution d’août 1983, le parti que dirige Me Benwendé Sankara, par ailleurs, avocat de la famille Sankara, entend mener bon nombre d’activités et place cette commémoration sous le signe du «processus révolutionnaire». Ils l’ont fait savoir à travers une conférence de presse le vendredi 29 septembre 2017 à Ouagadougou.

Younoussa Sanfo est officiellement installé dans ses fonctions de président par intérim du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) par la secrétaire générale de la présidence du Faso, Désirée Chantal Boni/Nignan, ce matin du 29 septembre 2017. Nommé par arrêté du président du Faso, du 13 septembre 2017, Monsieur Sanfo remplace le professeur Benoît G. Kambou qui a passé environ 20 mois à la tête de l’institution avant de remettre sa démission au président du Faso Roch Marc Christian Kaboré.

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé