Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)
Côte d’Ivoire: une pluie diluvienne fait au moins 10 morts dans plusieurs quartiers d’Abidjan (AIB)
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)

L’interrogatoire des inculpés dans le cadre du procès relatif au coup d’Etat manqué de septembre 2015, va démarrer le vendredi 6 avril prochain, a annoncé le président du tribunal militaire Seydou Ouédraogo, à l’issue de l’audience du samedi 31 mars 2018.

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 s’est poursuivi ce vendredi 30 mars 2018. En début d’audience, le tribunal a rejeté les listes des avocats de la défense qui n’avaient pas notifié les citations à comparaitre à leurs témoins. Seul trois listes de témoins ont été retenues : celle du parquet militaire et celles de deux accusés, dont les conseils avaient cité à comparaitre leurs témoins. 

Le gouvernement burkinabè et la troïka des partenaires techniques et financiers constituée du système des Nations unies, de la France et de l’Union européenne dressent le bilan de la mise en œuvre du PNDES. Les deux parties étaient en séance de travail ce vendredi 30 mars 2018 à la Primature sous la présidence du chef de gouvernement, Paul Kaba Thiéba.

Le département de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille a tenu son premier Conseil d’administration du secteur ministériel (Casem) ce vendredi 30 mars 2018 à Ouagadougou. Ce 1er Conseil permettra aux participants d’examiner les rapports d’activités et de performances des structures du ministère de l’année écoulée. La cérémonie d’ouverture a eu lieu sous la houlette de la première responsable dudit ministère, Marie Hélène Marshal/Ilboudo.

Le lundi 26 mars dernier, des avocats de la défense avaient saisi la chambre criminelle de la Cour de cassation aux fins de récusation du magistrat Seidou Ouédraogo et de son conseiller comme président du tribunal. Ce 28 mars, la Cour de cassation à travers une ordonnance s’est déclarée incompétente « pour apprécier  la requête en récusation ».

Dans le cadre des journées burkinabè d’évaluation, une des recommandations était de voir dans quelle mesure il était opportun de mettre en place un cadre institutionnel pour l’évaluation. C’est dans cette logique qu’une étude diagnostique des capacités évaluatives a été réalisée. Et, ce jeudi 29 mars 2018, le Réseau burkinabè de suivi et d’évaluation (Rébuse) a organisé à Ouagadougou  son premier café d’évaluation. 

La justice française dira le 13 juin 2018 si elle accepte la demande d'extradition formulée par le Burkina Faso à l'encontre de François Compaoré, frère cadet  de l'ancien président Blaise Compaoré.

En visite de travail au Burkina Faso, le vice-ministre des Affaires étrangères de la République de Chine (Taïwan), Monsieur José Maria LIU a été reçu en audience, dans la soirée du 27 mars 2018 par le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE.

Le conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 28 mars 2018 sous la présidence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Des dossiers de fond ont été examiné lors dudit conseil dont trois évoqués par le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou.

Ceci est un communiqué conjoint du ministre en charge de la sécurité et de son homologue en charge de l’Administration territoriale. Les deux ministres indiquent que « tout regroupement de personnes, qu’il soit communautaire ou associatif, ne peut mener d’activités de sécurisation sur le territoire national sans avoir été préalablement habilité par les autorités compétentes ». Un communiqué qui certainement a un lien avec la récente polémique née de la mise en place d’une sécurité « islamique » à Pouytenga.

François Compaoré comparaitra ce mercredi 28 mars 2018 devant la Cour d’appel de Paris par rapport à la demande d’extradition formulée par le Burkina Faso. Cette audience qui devra avoir lieu le 7 mars dernier avait été reportée à ce mercredi 28 mars 2018 par le procureur général près la Cour d’appel de Paris via une correspondance en date du 9 février. 

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 s’est poursuivi ce mardi 27 mars 2018 avec la vérification de la liste des témoins cités par le parquet militaire et les accusés. Si le parquet désire entendre 43 témoins, le présumé cerveau du putsch Gilbert Diendéré a cité 25 témoins dont le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et Michel Kafando, ancien président de la Transition.