Aujourd'hui,
URGENT
Religion: la célébration du Maouloud est prévue dans la nuit du jeudi 30 novembre au vendredi 1er décembre 2017 (FAIB).
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro intègre la nouvelle direction du RDR comme vice président chargé de la région du Tchologo
Zimbabwe: Robert Mugabé démissionne du pouvoir
Zimbabwe: Le Parlement a débuté la procédure de destitution de Robert Mugabe
Nigéria: au moins 50 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide à Mubi dans le nord-est du pays
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 
Burkina Faso: Ousmane Guiro (ex Dg des Douanes) convoque l’Etat burkinabè devant la Cour de justice de la Cédéao (AIB)  
Situation en Libye: le Burkina a décidé du rappel de son ambassadeur pour consultation (Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères) 
Province du Lorum: Des individus non identifiés ont attaqué ce lundi, une équipe de patrouille du district de police de Banh (AIB)
Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta

Le trésorier général de l’ODJ, Ouiry Sanou pointe un doigt accusateur sur la politique française au Burkina Faso. A l’occasion de la venue du président français Emmanuel Macron au Burkina Faso le 27 novembre prochain, M. Sanou appelle la population à manifester tout au long de son trajet. Il l’a dit lors de sa conférence de presse sur les «journées anti-impérialistes» tenue ce mardi 21 novembre 2017.

L’Organisation démocratique de la Jeunesse (ODJ) du Burkina Faso, en collaboration avec d’autres organisations de la société civile, organise le 2 décembre prochain à Ouagadougou la deuxième édition des «journées anti-impérialistes» autour du thème «révolution Bolchévique d’octobre 1917: leçons et perspectives pour les luttes d’émancipation des peuples». Afin de porter l’information à l’opinion, le bureau exécutif national a animé une conférence de presse ce mardi 21 novembre 2017 à Ouagadougou.

Abdulrahman Khamada,chargé des affaires de l’ambassade de Libye au Burkina Faso

Le ministère des Affaires étrangères du gouvernement d’entente nationale de la Libye a réagi officiellement ce lundi 20 novembre 2017 suite aux traitements esclavagistes que subissent des migrants africains en Libye. A Ouagadougou, la déclaration a été lu devant la presse par Abdulrahman Khamada, chargé des affaires de l’ambassade de Libye au Burkina Faso. Voici l’intégralité dudit communiqué.

Le ministre burkinabè en charge des Affaires étrangères, Alpha Barry a annoncé ce lundi 20 novembre 2017 dans la soirée, la décision du gouvernement burkinabè de rappeler son ambassadeur en poste en Libye pour consultation. Cette décision fait suite aux traitements esclavagistes que subissent des migrants africains dont des Burkinabè en Libye.

On en sait un peu plus sur la prochaine visite officielle du président la République française, Emmanuel Macron au Burkina Faso. Les grands axes de son séjour ont été dévoilés ce lundi 20 novembre à Ouagadougou au cours d’une rencontre entre le staff de la présidence du Faso et les médias burkinabè. 

 Les lampions se sont éteints ce samedi 18 novembre 2017 sur les premiers Etats généraux de la jeunesse du Burkina Faso. Cette cérémonie de clôture a été présidée le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Ce moment solennel a été ponctué par plusieurs axes : lancement officiel du site web du ministère en charge de la jeunesse, remise de chèques à des jeunes promoteurs modèles et présentation de la synthèse des travaux. 

Photo: AIB

Dans le Passoré, des protestataires ont organisé une marche-meeting  samedi 18 octobre 2017 à Yako, pour demander l’accélération d’un jugement équitable au profit du Général Gilbert Diendéré, arrêté depuis le 30 octobre 2015 suite au coup d’Etat manqué.

Depuis qu'il a quitté le pouvoir en 2014, Blaise Compaoré se montrait très discret. Il a choisi de sortir du silence dans ce communiqué transmis par ses avocats à des médias, pour se défendre d'entretenir des relations ambiguës avec les groupes djihadistes sahéliens qui endeuillent le Burkina Faso.

 

Une délégation de quatre jeunes Burkinabè conduite par le Ministre de la jeunesse Smaïla Ouédraogo a séjourné à Berne du 9 au 15 novembre, à l'invitation du Parlement de la jeunesse suisse. Une  occasion d'échanges directs entre jeunes, d'apprendre les uns des autres pour le rayonnement de la démocratie. La délégation burkinabè a pu ainsi assister à une session du parlement de la jeunesse suisse devant laquelle le Ministre Smaïla Ouédraogo a prononcé un discours, en présence de la présidente de la Confédération suisse Doris  Leuthard.

Une délégation de l’opposition politique conduite par Léonce Koné du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) est allée encourager le maire de l’arrondissement 3 de la ville de Ouagadougou, Rainatou Ouédraogo/Savadogo sous la menace d’une motion de défiance. Par ce geste, l’opposition politique entend réaffirmer son soutien à l’édile tout en avertissant ceux qui seraient à l’origine de cette tentative de destitution.

En vue de définir de nouvelles approches pour une meilleure contribution de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso, le ministère de la Jeunesse, de la formation et de l'Insertion professionnelle, organise du 15 au 18 novembre 2017 à Ouagadougou, les Etats généraux de la Jeunesse. Les jeunes venus des 45 provinces du pays vont identifier les problèmes auxquels ils sont confrontés et feront aussi des propositions de solutions qu’ils soumettront aux dirigeants. La cérémonie d’ouverture est intervenue dans l’après-midi de ce mercredi 15 novembre 2017 dans la salle des Banquets de Ouaga 2000. 

 Au cours d’une réunion ordinaire tenue le mardi 14 novembre 2017, les partis politiques membres de l’opposition politique ont réaffirmé leur « indéfectible soutien » au maire de l’arrondissement 3, Rainatou Ouédraogo/Savadogo en pleine crise avec certains conseillers municipaux qui ont introduit une motion de défiance. Pour l’opposition politique, cette crise serait l’œuvre du pouvoir en place.