Aujourd'hui,
URGENT
Football:  le président de la FBF, Sita Sangaré,nommé membre de la commission de développement de la FIFA.
Immigration: partis en Libye à la recherche de l’eldorado, 154 burkinabè ont été rapatriés ce 20 avril au Burkina.
Médias: après 4 ans d’interruption, la radio rurale a officiellement redémarré ses activités, le 20 avril 2017.
Bobo: le grand marché fermé ce vendredi par des manifestants réclamant la réfection des voies entourant le marché.
Afrique: la croissance globale du continent devrait passer à 3,2% en 2018 et à 3,5% en 2019 (Africa’s Pulse).
Afrique: la croissance économique subsaharienne rebondit après avoir enregistré en 2016 son niveau le plus bas depuis plus de deux décennie
Jazz à Ouaga: 5 groupes musicaux dont une vingtaine du Burkina Faso, seront présents  dans une dizaine de lieux  de concerts.
Musique: une vingtaine de concerts animés par plus de 200 musiciens sont au programme du 25e Jazz à Ouaga -du 28 avril au 6 mai 2017.
Sourou: la 8e édition de la foire provinciale du niébé et des productions agricoles se tiendra à Kassan du 28 au 30 avril.
Burkina:     Le syndicat des agents du Trésor (SATB) annonce un sit-in du 24 au 26 avril prochain. 

MONDE

Les six journalistes interpellés le dimanche dernier ont été remis en liberté le mardi 14 février. Leur arrestation pour « divulgations de fausses informations » en lien avec la récente mutinerie des forces spéciales d'Adiaké avait provoqué l'indignation de la profession, qui avait massivement dénoncé une atteinte à la liberté de la presse.


Sur Twitter, le ministre de la Communication ivoirienne, Bruno Koné, à qui les représentants de la profession demandaient depuis dimanche la libération de leurs confrères, s’est félicité de leur remise en liberté.

en rappel, les confrères Bamba Franck Mamadou de « Notre Voie », Yacouba Gbané et Ferdinand Bailly du quotidien « Le Temps », Vamara Coulibaly du « Soir Info » ainsi que le Correspondant de Soir Info dans la région d’Aboisso et Hamadou Ziao de « L’Inter », ont été arrêtés depuis dimanche et étaient détenus à la brigade de recherche pour diffusion de fausses informations en rapport avec la mutinerie d'Adiaké, qui viseraient selon le Procureur de la République à « inciter à la révolte ».