Aujourd'hui,
URGENT
Mali: le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans revendique l'attaque contre le camp de la Minusma et de Barkhane
Asie: la Corée du Nord annonce la fin de ses essais nucléaires et balistiques (RFI)
Ouagadougou: 6 morts dans une bousculade à l'issue d'un prêche d'un prédicateur musulman
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018

MONDE

Dans ce communiqué du Centre d'Information des Nations Unies (CINU) du Burkina Faso, des experts du Sous-comité des Nations-Unies pour la prévention de la torture soulignent de nets progrès dans la prévention du phénomène au Niger.



« Le Niger a fait de nets progrès dans la prévention de la torture et des mauvais traitements mais le défi de la mise en œuvre de son mécanisme national de prévention persiste, ont estimé des experts du Sous-Comité des Nations Unies pour la prévention de la torture (SPT) après une récente visite dans ce pays.
Au cours de leur visite, du 29 janvier au 4 février 2017, ces experts ont visité des lieux de détention dans la région de Niamey et ont conseillé les autorités nigériennes sur la prévention de la torture et des mauvais traitements en vertu du Protocole facultatif à la Convention contre la torture (OPCAT).

La ratification du protocole facultatif à la Convention contre la torture, en novembre 2014, a ouvert la voie à la désignation d'un mécanisme national de prévention (MNP). Nous avons constaté l'engagement total des autorités du Niger que nous avons rencontrées, à un très haut niveau, pour la prévention de la torture et des mauvais traitements. Maintenant la priorité doit être donnée à la mise en œuvre, dans les meilleurs délais, d'un mécanisme de prévention indépendant, efficace et doté des ressources nécessaires pour mener à bien son mandat, a déclaré à la fin de la visite la cheffe de la délégation du SPT, Catherine Paulet.
Les membres de la délégation ont noté que la Commission nationale des droits humains (CNDH), qu'ils ont rencontrée, a actuellement, entre autres fonctions, celle de visiter les lieux de détention.

Le SPT ne donne pas de modèle ou de structure pour ce qui est des mécanismes de prévention. Pour cela, les autorités du Niger devront choisir de mettre en place le mécanisme national le plus adéquat, en fonction de son contexte, et nous sommes prêts à poursuivre, après ce premier moment de dialogue entre le SPT et le Niger, notre mission de conseil et d'appui pour ce processus, a souligné Mme Paulet.
La délégation a également constaté qu'il reste encore beaucoup à faire en termes d'amélioration des conditions de détention, de surpopulation carcérale, et du nombre trop élevé de prévenus. Nous avons discuté de toutes ces questions avec les autorités de manière très franche et ouverte, conscients des difficultés que le pays connaît, a déclaré l'experte.

Au cours de sa visite, le SPT a rencontré notamment des membres du gouvernement, le Président de l'Assemblée nationale, et des acteurs de la société civile. Il adressera son rapport confidentiel contenant ses observations et recommandations, au gouvernement du Niger, qu'il encourage à rendre public.
Le SPT était représenté par Catherine Paulet (France), Cheffe de la délégation, Hans-Jörg Bannwart (Suisse), Chef du groupe de travail Afrique au sein du SPT, Joachim Kodjo (Togo), rapporteur du SPT sur le Niger et Radhia Nasraoui (Tunisie) ».


Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé