Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

MONDE

Au lendemain de l'exil de Yahya Jammeh, le conseiller spécial du nouveau chef de l‘État a révélé au cours d'une conférence de presse animée à Dakar au Sénégal, qu'“en l’espace de deux semaines seulement, près de 11,4 millions de dollars ont été retirés par l’ancien président, le gouvernement de l’ex-président".

 

Et d'ajouter, "C’est beaucoup d’argent, si on considère que nous dépensons environ 200 millions de dalasis (monnaie locale, Ndlr) dans le cadre du paiement des salaires de la fonction publique, ainsi de suite. C’est beaucoup d’argent !”.  Aux dires de ce conseiller spécial, Mai Ahmad Fatty, le nouveau président de la Gambie fera le point de la situation économique et financière du pays, lorsqu'il se sera installé.

A noter que ces propos ont été tenus dès le lendemain de l'exil forcé de Yahya Jammeh. En effet, ce dernier a quitté Banjul le samedi 21 janvier au soir pour la Guinée Equatoriale. Et ce, après avoir été contraint par la Communauté internationale avec à sa tête la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, 15 pays).

Une communauté internationale qui, dans une déclaration, a promis de protéger les droits et intérêts de l'ex-président ainsi chassé du pouvoir. Reste à savoir si le nouveau président Adama Barrow et son équipe voudront s'inscrire en droite ligne de cette profession de foi. Avec ces récents propos, l'on est tenté d'en douter. Sans doute que les jours et mois à venir, permettront d'être situé.

Des mots pour le dire...

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé