Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

MONDE

A l'issue des discussions de la dernière chance qui lui a été offerte par la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), Yahya Jammeh a annoncé à la télévision d'Etat, son départ du pouvoir.

Une annonce faite ce samedi 21 janvier à Banjul, dans un pays déjà envahi par la force militaire de la CEDEAO menaçant – avec la bénédiction du Conseil de sécurité de l'ONU - de le déloger, pour permettre à son successeur Adama Barrow élu le 1er décembre et qui a été obligé de prêter serment le 19 janvier au Sénégal voisin, de s'installer. 
Dans son allocution télévisée (la dernière en tant que président gambien) de ce samedi 21 janvier, Yahya Jammeh a laissé entendre, « J’ai décidé aujourd’hui en conscience de quitter la direction de cette grande nation, avec une infinie gratitude envers tous les Gambiens ».

A l'en croire, ce départ est dicté par sa décision personnelle. En effet, précise Yahya Jammeh, « Ma décision d’aujourd’hui n’a pas été dictée par quoi que ce soit d’autre que l’intérêt suprême du peuple gambien et de notre cher pays ».

Mais l'autre réalité, c'est que l'annonce de ce départ intervient après des semaines de crise sur fond de très forte pression – d'abord diplomatique, puis militaire - exercée par la communauté internationale avec la CEDEAO à l'avant-garde. 

A noter que c'est à l'issue d'une médiation de la dernière chance menée à Banjul par les présidents guinéen Alpha Condé et mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, que cette annonce départ du pouvoir d'Etat de la part de celui qui a dirigé la Gambie depuis 1994, a été faite.

Mais départ pour où ? L'on ne le sait pour l'instant. Tout porte à croire qu'il trouvera un point de chute sur le continent africain avec à la clef, un certain nombre de garanties gages de quiétude, ne serait-que pour un moment de sa nouvelle vie qui commence ce 21 janvier 2017.

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé