Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Le procès du putsch manqué de 2015 de nouveau renvoyé au 29 juillet, dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel. 
Football: Kamou Malo, précédemment coach de l'USFA, est le nouveau sélectionneur des Etalons (communiqué FBF).  
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France

MONDE

Le pasteur Patrick Mugadza été arrêté par la police le lundi 16 janvier, sans doute pour avoir annoncé la mort prochaine du président zimbabwéen Robert Mugabe. En effet, au cours d’une conférence de presse qu'il a animée le jeudi dernier, le pasteur est même allé jusqu'à préciser que cette mort surviendra le 17 octobre 2017.

 

Aux dires de son avocat, Patrick Mugadza a dans un premier temps été inculpé pour « atteinte à l’autorité du chef de l’État », avant d’être finalement arrêté pour «insulte vis-à-vis de personnes pratiquant une religion ». Le moins que l'on puisse dire, c'est que le pasteur Mugadza fait partie des figures de la société civile à la pointe de la contestation anti-Mugabe. Il a d’ailleurs déjà été jugé pour avoir arboré sans autorisation le drapeau national, un délit au Zimbabwe depuis que ce symbole a été utilisé par des manifestants anti-Mugabe en 2016.

Rappelons qu'en 2015 aussi, Patrick Mugadza avait été arrêté pour avoir, semble-t-il, défié le chef de l’État lors d’un congrès de la Zanu-PF (le parti au pouvoir). A l'occasion de ce congrès en effet, le pasteur a brandi une pancarte sur laquelle l’on pouvait lire : « Les gens souffrent, Monsieur le président ». Il entendait ainsi faire allusion certainement à la crise économique que traverse le Zimbabwe depuis une quinzaine d’années.

L'autre sortie publique hostile au président Mugabe, tient à l'accrochage – à l'occasion de la fête d'indépendance en avril dernier - d'un sermon à un lampadaire à Harare (la capitale du pays), façon pour lui de symboliser le manque de liberté au Zimbabwe.   A noter qu'en décembre dernier, Robert Mugabe au pouvoir depuis 1980 et qui aura 93 ans en février, a été investi – par son parti - comme candidat à la présidentielle de 2018.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé