Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

MONDE

Le renouvellement de la grève entamée la semaine dernière est entré dans sa phase active ce lundi 16 janvier. Du coup, les élèves ont été privés de cours. Mécontents de faire ainsi les frais de discordances entre le gouvernement et les syndicats, les élèves de plusieurs écoles publiques d'Abidjan sont descendus dans la rue pour réclamer la reprise des cours et dénoncer l’indifférence des autorités face à la grève des fonctionnaires.


Aux constats, les écoliers ont bloqué plusieurs ronds-points et avenues de la ville, avant d’être dispersés par la police qui a fait usage de gaz lacrymogène. S'en est suivie une panique généralisée au sein de certains établissements scolaires privés, qui ont demandé aux parents d’élèves de venir chercher leurs enfants.
Des mouvements similaires auraient eu cours dans plusieurs autres villes du pays comme Daloa, Toumodi, Aboisso ou encore Bouaké.

A noter que les fonctionnaires ivoiriens (environs 200 000), y compris ceux de l’éducation, ont entamé un mouvement de grève depuis le lundi 9 janvier. A l'appel de la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire, ils réclament le paiement effectif et intégral du stock des arriérés dus aux effets financiers des mesures de revalorisation salariale consenties depuis 2009, la révision de l'ordonnance relative au régime des pensions, l’intégration des agents journaliers du secteur public à la Fonction publique, l’arrêt des violations des libertés syndicales.

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé