Aujourd'hui,
URGENT
Italie: l'effondrement d'un viaduc à Gênes fait au moins 35 morts, selon un dernier bilan
Mali: Soumaïla Cissé rejette par avance les résultats de la présidentielle (RFI)
Burkina: Aïd El Kébir ou Tabaski sera célébrée le mardi 21 août 2018 sur toute l’étendue du territoire national (Faib)
Kongoussi: la dépouille d’une adolescente de 12 ans, recherchée depuis 5 jours, repêchée dimanche du Lac Bam, la tête amputée (AIB).
Cameroun: 7 soldats formellement identifiés dans la vidéo d’exécutions de deux femmes et leurs enfants arrêtés (RFI)
RCA:  trois groupes d’ex-Seleka annoncent une alliance au nom de la paix
Burkina: 4 gendarmes et un civil tués dans l'explosion d'une mine artisanale dans l'Est du pays (AIB)
Soudan du Sud: le président Salva Kiir amnistie Riek Machar et des groupes armés (RFI)
Diplomatie: la Colombie reconnaît officiellement l’Etat de Palestine
Burkina: les inondations ont causé 4922 sinistrés et 7 décès du 1er mai au 7 aout 2018 (Ministère de la Solidarité nationale)

MONDE

Le renouvellement de la grève entamée la semaine dernière est entré dans sa phase active ce lundi 16 janvier. Du coup, les élèves ont été privés de cours. Mécontents de faire ainsi les frais de discordances entre le gouvernement et les syndicats, les élèves de plusieurs écoles publiques d'Abidjan sont descendus dans la rue pour réclamer la reprise des cours et dénoncer l’indifférence des autorités face à la grève des fonctionnaires.


Aux constats, les écoliers ont bloqué plusieurs ronds-points et avenues de la ville, avant d’être dispersés par la police qui a fait usage de gaz lacrymogène. S'en est suivie une panique généralisée au sein de certains établissements scolaires privés, qui ont demandé aux parents d’élèves de venir chercher leurs enfants.
Des mouvements similaires auraient eu cours dans plusieurs autres villes du pays comme Daloa, Toumodi, Aboisso ou encore Bouaké.

A noter que les fonctionnaires ivoiriens (environs 200 000), y compris ceux de l’éducation, ont entamé un mouvement de grève depuis le lundi 9 janvier. A l'appel de la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire, ils réclament le paiement effectif et intégral du stock des arriérés dus aux effets financiers des mesures de revalorisation salariale consenties depuis 2009, la révision de l'ordonnance relative au régime des pensions, l’intégration des agents journaliers du secteur public à la Fonction publique, l’arrêt des violations des libertés syndicales.