Aujourd'hui,
URGENT
Mali: la première phase de l'opération de désarmement DDR terminée à Tombouctou
Diplomatie: le président du Faso en visite officielle à Paris a salué le respect des engagements pris à Ouagadougou par Emmanuel Macron
Politique: le groupe parlementaire dissident de l'UPC a changé de dénomination et s'appelle désormais Groupe parlementaire RD (UPC)
France: Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat contre le marché de Noël à Strasbourg qui a fait 3 morts, a été abattu par la police
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)

MONDE

Le renouvellement de la grève entamée la semaine dernière est entré dans sa phase active ce lundi 16 janvier. Du coup, les élèves ont été privés de cours. Mécontents de faire ainsi les frais de discordances entre le gouvernement et les syndicats, les élèves de plusieurs écoles publiques d'Abidjan sont descendus dans la rue pour réclamer la reprise des cours et dénoncer l’indifférence des autorités face à la grève des fonctionnaires.


Aux constats, les écoliers ont bloqué plusieurs ronds-points et avenues de la ville, avant d’être dispersés par la police qui a fait usage de gaz lacrymogène. S'en est suivie une panique généralisée au sein de certains établissements scolaires privés, qui ont demandé aux parents d’élèves de venir chercher leurs enfants.
Des mouvements similaires auraient eu cours dans plusieurs autres villes du pays comme Daloa, Toumodi, Aboisso ou encore Bouaké.

A noter que les fonctionnaires ivoiriens (environs 200 000), y compris ceux de l’éducation, ont entamé un mouvement de grève depuis le lundi 9 janvier. A l'appel de la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public de Côte d’Ivoire, ils réclament le paiement effectif et intégral du stock des arriérés dus aux effets financiers des mesures de revalorisation salariale consenties depuis 2009, la révision de l'ordonnance relative au régime des pensions, l’intégration des agents journaliers du secteur public à la Fonction publique, l’arrêt des violations des libertés syndicales.

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé