Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique
Burkina: pose de la première pierre du futur mémorial en hommage au président Thomas Sankara tué il y a 31 ans
Congo-Brazzaville: le gouvernement interdit la vente de bière en promotion
France: 11 morts après les pluies violentes qui se sont abattues sur l’Aude dans la nuit de dimanche 14 à lundi 15 octobre
Nigéria: libération de plus de 800 enfants soldats dans le nord-est du pays
Vatican: l'archevêque salvadorien assassiné Oscar Romero et le pape Paul VI canonisés (RFI)
Francophonie: le français, 5e langue parlée dans le monde avec 300 millions de locuteurs (RFI)
Turquie: le pasteur américain Andrew Brunson a été libéré

MONDE

Activement recherché depuis plusieurs mois, Mimi Ould Baba Ould Cheikh est mis aux arrêts ce jeudi 12 janvier, dans le Nord du Mali par des militaires de la force française Barkhane. Il est en effet, considéré comme un des organisateurs présumés de l'attentat de Grand-Bassam. Un attentat perpétré le 13 mars 2016.

Cette arrestation a été opérée dans la localité de Gossi. C'est du moins, ce qu'a révélé une source de sécurité malienne, précisant qu'il s'agit de l’un des «cerveaux de l’attaque de la localité de Grand-Bassam».

A en croire cette source sécuritaire, Mimi Ould Baba Ould Cheikh était suivi « depuis quelques mois. Il est allé un moment en Algérie. Il est revenu à Gao avant de prendre ses quartiers à Gossi. C’est lui qui a mobilisé les hommes, les moyens, le plan pour attaquer Grand-Bassam ».
Selon la même source, « Les militaires français sont en train de l’interroger ». Il devrait ensuite se retrouver entre les mains des autorités sécuritaires maliennes.

Du côté de la Côte-d'Ivoire qui a fait les frais de son ingéniosité satanique, l'on calme que « les éléments collectés par les services ivoiriens, la collaboration avec les services maliens, l’expérience et l’équipement des forces françaises ont permis d’opérer cette grosse prise ».

Pour sa part, le ministère français de la Défense, joue la carte de la retenue, préférant sans doute attendre le cadre qu'offrira,  le 13 janvier, le sommet Afrique-France à Bamako autour notamment de la problématique de coopération dans le domaine militaire et de la sécurité. Signalons qu'un autre homme, présenté lui aussi comme un des organisateurs présumés de l’attentat et identifié comme Kounta Dallah, de nationalité malienne, est toujours recherché.

A noter qu'au total, ce sont plus de 80 personnes qui ont été interpellées en Côte d’Ivoire dans le cadre des enquêtes sur cette attaque terroriste à Grand-Bassam qui a fait suite à une autre survenue – le 15 janvier 2016 - dans la capitale burkinabè Ouagadougou où 30 morts ont été enregistrés.

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé