Aujourd'hui,
URGENT
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu

MONDE

Devant la Représentation nationale ce lundi 8 octobre le président éthiopien Mulatu Teshome annoncé qu’il va désormais délivrer des visas à l’arrivée pour tout voyageur africain.

Avec cette annonce, une nouvelle politique d’immigration de l’Éthiopie semble s’opérationnaliser. Du reste, elle devrait couvrir l’exercice budgétaire 2018-2020. C’est du moins, l’assurance donnée par le président éthiopien.

L’on se rappelle qu’en juin dernier, le pays a déjà annoncé la délivrance de visa en ligne afin de doper son tourisme et ainsi accroître la réputation de sa compagnie aérienne nationale. Mais l’autre réalité, c’est que depuis l’arrivée du nouveau Premier ministre Abiy Ahmed, en avril dernier, l’Éthiopie est dans une phase d’ouverture, tant sur le plan économique que politique. Dans la foulée, le pays a entrepris notamment d’ouvrir le capital de certaines entreprises publiques à des capitaux étrangers. Un plan qui s’accommode aisément de la nouvelle politique migratoire. Déjà, c’est un pays qui ne cache pas son aspiration à adhérer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Dans la même dynamique, Addis-Abeba a effectué – sur le plan politique – un rapprochement étroit avec certains de ses voisins, dont l’ancien ennemi intime, l’Érythrée avec lequel les relations diplomatiques ont repris. A tout le moins, ces initiatives cadrent avec l’agenda 2063 de l’Union africaine. Un agenda qui milite en faveur d’une intégration effective en Afrique.

Mais cette vision ne semble pas actionner certains États, notamment en ce qui concerne l’ouverture des frontières, tandis que des pays comme Seychelles (précurseur en la matière), le Rwanda, le Bénin et tout récemment le Kenya ont déjà passé le pas en ouvrant leurs frontières.

NotreAfrik

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé