Aujourd'hui,
URGENT
Nécro : décès ce 18 novembre à Abidjan de Youssouf Ouédraogo, ancien Premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères.
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 
Soum: au moins 6 morts dans une nouvelle attaque ce vendredi 17 novembre
Filo 2017: rapprocher le livre du cadre familial
Léo: une personne tuée, 8 millions de FCFA et du matériel militaire emportés dans un braquage (AIB)  
UACO 2017: Les échanges porteront sur les médias sociaux et la formation des opinions en Afrique ( du 16 au 18 novembre)  
Zimbabwe: Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition politique appelle le président Mugabe à rendre le tablier
Etats généraux de la: 983 jeunes réfléchissent sur les freins à l’épanouissement de la jeunesse  

MONDE

Une trentaine de combattants de Boko Haram de la région de Diffa au sud-est du Niger se sont rendus, armes en mains, aux autorités nigériennes.


D’après les autorités nigériennes des ressortissants nigériens désertent en masse des rangs de Boko Haram, qui mène des attaques meurtrières depuis février 2015 contre le Niger.  « Trente-et-un jeunes de Diffa enrôlés il y a quelques années dans les effectifs de Boko Haram ont fait reddition », a ainsi déclaré le 27 décembre le ministre nigérien de l’Intérieur, Mohamed Bazoum, à l’issue d’une visite à Diffa, ville proche du nord-est du Nigeria, bastion de Boko Haram.  « Ils se sont rendus un à un et sont actuellement retenus dans un centre sécurisé », assure de son côté une source sécuritaire. Parmi eux, on compte 26 hommes et trois femmes. Une «quatrième femme de nationalité nigériane » s’est également rendue aux autorités de Diffa, a-t-elle ajouté. Les jeunes qui se sont rendus pourront bénéficier d’une amnistie et bénéficieront d’un programme de déradicalisation et de projets de réinsertion socio-économique.

C’est la première fois que les autorités nigériennes, dont le pays est attaqué par Boko Haram depuis février 2015, font état de désertion de ressortissants nigériens des rangs de Boko Haram. En janvier 2015, un responsable municipal de Diffa, avait signalé des départs de nombreux jeunes qui étaient de plus en plus attirés par les offres de Boko Haram qui leur propose jusqu‘à 300.000 francs CFA par mois environ 500 dollars par mois.

Le Niger, le Tchad et le Nigeria ont lancé quasi simultanément en juillet des opérations de ratissage contre les fiefs de Boko Haram, selon l’armée du Niger. En octobre, le gouvernement du Niger, a déclaré que ces opérations avaient donné des résultats décisifs, notamment en libérant plusieurs localités autrefois occupées par Boko Haram.