Aujourd'hui,
URGENT
Football: Le RCK éliminé de la ligue africaine des champions après sa défaite 2 à 0 à Libreville
Football: L’EFO éliminé de la Coupe de la Confédération après sa défaite 1 à 0 contre l’Olympic Star FC du Burundi
Burkina: le journaliste Mahamadi Tiegna nommé directeur général des Editions Sidwaya (Conseil des ministres)
Burkina: Le journaliste Pascal Yemboini Thiombiano nommé  directeur général de la radiodiffusion télévision du Burkina (Conseil des ministr
Mali: deux soldats français tués et un blessé dans l'explosion d'une mine artisanale (RFI)
Nécro: Idrissa Ouédraogo décoré Grand officier de l'Ordre national à titre posthume avant d'être inhumé ce mardi 20 février
Bobo Dioulasso: deux morts dans l’éboulement d’une mine à Borodougou (Oméga Fm)
Burkina: 620 394 personnes seront en situation d'urgence alimentaire de juin à août 2018 (Sonagess) 
Putsch manqué: Le MBDHP souhaite que le procès se déroule dans la transparence et la rigueur (Responsable)
Pétanque: les Etalons remportent le tournoi international Mbarakou Baby de Kayes au Mali (AIB)

MONDE

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé le samedi 6 août, la création d’un poste de vice-président et d’un Sénat dans le cadre de la nouvelle Constitution qui sera soumise à référendum à la fin du mois d’octobre. Une Constitution dont la rédaction a été confiée à un comité d’experts dirigé par le Professeur Boniface Ouaraga Obou.

La « création d’un poste de vice-président, élu au suffrage universel direct, en même temps que le président de la République (…) pour garantir la paix et la stabilité», est l’une des principales « innovations » du nouveau texte, a déclaré M. Ouattara dans son traditionnel discours à la Nation, à la veille de la commémoration du 56e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. «En cas de vacance de pouvoir, il (le vice-président) garantit la continuité de l’État d’une part et le respect du calendrier électoral d’autre part», a-t-il expliqué. La nouvelle Constitution doit en outre doter la Côte d’Ivoire d’un « Sénat » composé « d’anciens serviteurs de l’État, de personnalités de qualité » qui cohabiteront avec l’Assemblée nationale.

« Ces propositions seront soumises à votre décision, à la fin du mois d’octobre de cette année. Le dernier mot vous reviendra », a-t-il annoncé, faisant ainsi allusion au référendum constitutionnel qui se teindra probablement en fin octobre prochain.

Mais du côté de l’opposition politique, vingt-trois partis dont le Front Populaire Ivoirien (FPI), fondé par l’ancien président Laurent Gbagbo, ont adopté le jeudi dernier, une déclaration commune refusant le référendum sur une nouvelle Constitution. Les opposants demandent la « convocation d’une assemblée constituante » et critiquent de nombreux autres choix. « La nomination d’un vice-président vise en réalité à lui (Ouattara) permettre de choisir son successeur ce qui traduirait une dévolution monarchique du pouvoir», disent-ils.