Aujourd'hui,
URGENT
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 
Afrique: l'Erythrée rouvre son ambassade à Addis-Abeba après 20 ans de conflit (RFI)
Burkina: l’Union européenne offre plus de 4 milliards de FCFA pour la modernisation de l’enseignement franco-arabe (AIB)
Haïti: le Premier ministre Jack Guy Lafontant démissionne à la suite des violences urbaines

MONDE

La Commission de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) entend privilégier le processus diplomatique conduit par le président nigérian pour un abandon paisible du pouvoir par Yahya Jammeh.


Mais ce processus sera remplacé par une intervention militaire après le 19 janvier prochain, si le président sortant Jammeh persiste dans son refus de céder le pouvoir à l'élu Adama Barrow. C'est du moins, ce qu'a annoncé Marcel de Souza, le président de la Commission de la CEDEAO. En effet, dira Marcel de Souza, «Nous souhaitons que le processus de médiation entamé autour du président nigérian Muhammadu Buhari aboutisse, mais nous n’excluons pas une intervention armée si Yahya Jammeh ne libère pas le pouvoir avant la date fixée ».

Et de préciser, « Nous avons actuellement une force placée en attente, composée de 8 000 hommes mis en alerte. Si celle-ci devait agir pour faire respecter la volonté du peuple gambien, elle serait sous le commandement du Sénégal ». Cette nouvelle démarche s'inscrit en droite ligne de la volonté des chefs d'Etat de la Cedeao qui tiennent à faire respecter les implications de l'élection d'Adama Barrow.

Avec cette nouvelle forme de menace, l'organisation de la pression sous régionale et internationale sur Yahya Jammeh se précise davantage, alors ce dernier n'entend pas céder le pouvoir tant que la Cour constitutionnelle n'aura pas déclaré – le 10 janvier - sa perte à l'élection présidentielle dont il conteste les résultats qu'il a initialement acceptés, ou tant qu'il n'aura pas perdu à une nouvelle élection présidentielle.

Pour sa part, le président de la Commission électorale gambienne appelle au calme : « Le camp d’Adama Barrow doit désormais éviter d’alimenter encore plus les tensions et les menaces de poursuites, de faire preuve de patience. Nous sommes déterminés à faire respecter la Constitution et l’élection d’Adama Barrow ». Et c'est justement dans le sens de ce respect – de la Constitution et des résultats de l'élection du 1er décembre - que la Cedeao menace de bander les muscles s'il le faut.

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé