Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

MONDE

Dans leur élan de rejet des réductions de subvention au carburant, l’opposition politique soudanaise et des acteurs de la société civile ont relancé dimanche leur mot d’ordre pour un mouvement de désobéissance civile ce lundi 19 décembre.


D'un communiqué du parti d’opposition Oumma, il ressort ceci : « Nous appuyons le peuple soudanais pour qu’il observe un mouvement de désobéissance civile le 19 décembre ».  Cet appel, le parti communiste soudanais et divers acteurs de la société civile (journalistes, avocats, enseignants, pharmaciens) y ont exprimé leur adhésion. Un appel largement relayé sur les réseaux sociaux. Même le Mouvement de libération du Soudan (SPLM-N), une rébellion qui combat les troupes du régime soudanais dans les Etats du Nil bleu et du Kordofan sud, a appelé ses partisans à suivre ce mort d’ordre.

Cet appel à la désobéissance civile fait suite à plusieurs manifestations qui ont eu lieu ces dernières semaines au Soudan contre la hausse de 30% des prix du pétrole et du diesel annoncée début novembre et la dépréciation de la livre soudanaise. En effet, ont entraîné une augmentation des prix de nombreux produits, notamment des médicaments. Mais face aux manifestants, la police s'est montrée répressive.

Dans la foulée, le président soudanais Omar el-Béchir a déclaré lundi dernier devant ses partisans rassemblés à Kasala (dans l'Est du pays), « Nous avons entendu ces derniers jours des appels à renverser le régime lancés par des personnes cachées derrière leurs claviers”. Et d'ajouter, « Nous leur disons : Si vous voulez renverser le régime, faites-nous face directement dans la rue (…) Ce régime ne sera pas renversé par des claviers et (l’application) Whatsapp ».

La grogne sociale intervient dans un contexte où les soins de santé adéquats sont problématiques dans les régions rurales, par défaut de personnel et d’installations qualifiés. Pire, des dizaines de centres de santé soutenus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) risquent de fermer à brève échéance du fait du tarissement de leurs caisses, leurs bailleurs de fonds ayant commencé à se retirer. Ce sont ainsi plus d’un millions de personnes qui risquent d‘être exposés à diverses épidémies au Darfour et dans les Etats du Nil Bleu et du Kordofan-Sud.