Aujourd'hui,
URGENT
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire

MONDE

Une attaque terroriste a visé un hôtel Bandiagara dans la soirée du mercredi 28 mars 2018. Le bilan provisoire de cette attaque fait état de 2 blessés (1 garde et 1 civil), côté assaillant un mort et 3 en fuite.

Il était environ 21 heures ce mercredi 28 lors que cinq assaillants ouvraient le feu sur l’hôtel Falaise de Bandiagara. C’est du moins, ce qui ressort d’un communiqué publié par l’armée malienne.

De ce communiqué, il ressort que « Les éléments de la garde nationale ont repoussé une attaque terroriste contre l’hôtel La falaise ». Le même communiqué fait état de « deux personnes blessées et deux terroristes neutralisés ».

Signalons que le Premier ministre a marqué un arrêt à Bandiagara le 26 mars, dernier jour d’une tournée dans le Nord et le Centre du pays. Dans cette localité touristique touchée par la crise, le chef du gouvernement malien a notamment promis « la construction d’un pôle universitaire ».

A noter qu’à la veille, il avait assisté à une rencontre de réconciliation entre des dirigeants peuls et dogons à Koro (Centre), où des dizaines de personnes ont péri dans de récents affrontements entre ces deux communautés. Devant un millier de personnes, il a promis : « Nous allons désarmer de gré ou de force les milices. L’État » ne sous-traite pas sa sécurité. Nous allons les désarmer ». En effet, les membres de la communauté peule accusent régulièrement les autorités de tolérer, voire d’encourager les exactions de groupes de chasseurs traditionnels à leur encontre, au nom de la lutte contre les jihadistes, ce que démentent catégoriquement les représentants de l’État.

Source : Notre Afrik

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé