Aujourd'hui,
URGENT
Ghana: le gouvernement décrète une semaine de deuil national après le décès de Kofi Annan
ONU: l'ancien secrétaire général, Kofi Annan est décédé à l'âge de 80 ans
Soum: un militaire perd la vie dans une opération de déminage (Burkina 24)
Inde: le bilan des inondations s’élève actuellement à plus de 324 morts et des centaines de milliers de déplacés
Tuy: deux civils tués dans une embuscade, 5 blessés dont un policier
Football: la France, championne du monde, en tête du classement Fifa
Football: le Burkina Faso maintient son rang de 8e africain et se classe 52e au niveau mondial selon la Fifa
Musique: la « reine de la soul », Aretha Franklin s'est éteinte ce 16 août à l'âge de 76 ans
Mali: le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) réélu avec 67,17% des voix
Italie: l'effondrement d'un viaduc à Gênes fait au moins 35 morts, selon un dernier bilan

MONDE

Selon les médias France 24 et RFI, le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema accuse que la France a servi de base pour la planification du putsch qui visait à l’évincer du pouvoir. Il s’est également prononcé sur les « biens mal acquis », ayant fait l’objet de condamnation par la justice française à l’encontre de son fils Teodorin Obiang. 

 En fin d’année 2017, le gouvernement de la Guinée équatoriale a révélé avoir déjoué un "coup d'État" sur la partie continentale du pays. Après cette information rendue publique, il s’en est suivi l’interpellation d’une trentaine d'hommes au Cameroun. Au cours de l’entretien accordée à France 24 et RFI, le président de la Guinée équatoriale a indiqué que, ces "terroristes" ont été recrutés au Tchad, en Centrafrique et au Soudan.

Par ailleurs, Teodoro Obiang Nguema précise que des "personnalités" basées en France y sont pour quelque chose dans cette tentative de déstabilisation. Aux dires de celui-ci, ces dernières auraient financé ce complot. C’est convaincu de cela qu’il demande à Paris de collaborer à l’enquête pour désigner des coupables. Aussi, le chef de l’Etat dit ne pas exclure une probable implication de son homologue tchadien, Idriss Deby.

Outre cette affaire, Teodoro Obiang Nguema s’indigne contre la justice française, en référence à la sanction prise contre son fils suite à l’affaire des « biens mal acquis ». De ce fait, il la qualifie d’impérialiste. Pour lui, cette décision de la justice française dénote d’une violation du droit international. Toutefois, il estime que cette situation n’entachera en rien les « bonnes » relations qui existent entre son pays et l’Etat français.

Ce tour d’horizon de l’actualité sculpté par le président équato-guinéen, lui a permis de revenir sur les accusations faites par l’opposition politique de la Guinée Equatoriale suite au décès de l’opposant Santiago Ebee Ela. Ce dernier décédé dans un commissariat peu de temps après son arrestation, le 2 janvier dernier, serait mort de torture selon l’opposition. Avis que ne partage pas le chef de l’Etat, qui soutient que ce dernier aurait été « malade ». Néanmoins, Teodoro Obiang Nguema promet une enquête pour élucider cette affaire.