Aujourd'hui,
URGENT
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire

MONDE

Une manifestation de l’opposition ivoirienne contre le projet de nouvelle Constitution a été dispersée jeudi à Abidjan par la police. Plusieurs dirigeants de l’opposition ont été interpellés sans ménagement. Ils ont été relâchés dans la soirée. 

 

Ainsi, Sangaré Aboudramane, président du Front populaire ivoirien (FPI) tendance «Gbagbo ou rien», Mamadou Koulibaly de Leader, Boni Claverie de l’URD ont été interpellés par la police quelques minutes seulement après leur arrivée le lieu où devait débuter la marche.

La police a ensuite tiré du lacrymogène pour disperser la manifestation. Des proches des leaders interpelles ont affirmé être surpris, ce d’autant plus, à en croire leurs dires, que les autorités avaient été informées de cette marche et ils avaient donné leur accord.

Ce que dément une source sécuritaire qui assure qu’à aucun moment, cette marche n’a été autorisée.

Les partis de l’opposition regroupés au sein du «Front du Refus», avait appelé à marcher ce jeudi pour demander le retrait du projet de constitution qui sera soumis à référendum le 30 octobre prochain. Elle estime le projet de constitution inopportun et l’accuse de faire la part belle au pouvoir en place.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé