Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

MONDE

Une manifestation de l’opposition ivoirienne contre le projet de nouvelle Constitution a été dispersée jeudi à Abidjan par la police. Plusieurs dirigeants de l’opposition ont été interpellés sans ménagement. Ils ont été relâchés dans la soirée. 

 

Ainsi, Sangaré Aboudramane, président du Front populaire ivoirien (FPI) tendance «Gbagbo ou rien», Mamadou Koulibaly de Leader, Boni Claverie de l’URD ont été interpellés par la police quelques minutes seulement après leur arrivée le lieu où devait débuter la marche.

La police a ensuite tiré du lacrymogène pour disperser la manifestation. Des proches des leaders interpelles ont affirmé être surpris, ce d’autant plus, à en croire leurs dires, que les autorités avaient été informées de cette marche et ils avaient donné leur accord.

Ce que dément une source sécuritaire qui assure qu’à aucun moment, cette marche n’a été autorisée.

Les partis de l’opposition regroupés au sein du «Front du Refus», avait appelé à marcher ce jeudi pour demander le retrait du projet de constitution qui sera soumis à référendum le 30 octobre prochain. Elle estime le projet de constitution inopportun et l’accuse de faire la part belle au pouvoir en place.