Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

MONDE

Le procès du chef de l’ex-junte malienne débute à Bamako le 30 novembre prochain. Le général Amadou Sanogo comparaitra en assises pour «assassinat et complicité d’assassinat» de militaires dont les corps ont été découverts dans un charnier en 2013, a annoncé vendredi dans un communiqué le procureur général près de la Cour d’appel de Bamako.

 

D’après ce communiqué, Amadou Sanogo comparaitra aux côtés de «plusieurs autres accusés»  pour «enlèvement de personnes, assassinat et complicité.» Il risque la peine de mort.

«En raison de la particularité du dossier et dans le but de maintenir l’ordre et la sécurité à l’occasion de ce procès, le parquet général a installé en son sein un secrétariat dédié», ajoute le communiqué, précisant que «Ce secrétariat est chargé de recevoir les demandes émanant de professionnels et de particuliers en vue d’avoir accès à la salle d’audience. L’accès à cette salle est réservé aux seules personnes autorisées ou préalablement agréées».

Le général Sanogo est incarcéré depuis fin 2013, à la suite du massacre de membres de la garde rapprochée de l’ancien président Amadou Toumani Touré, qui étaient opposés au putsch de mars 2012 qui a renversé leur mentor. Leurs corps avaient été retrouvés en décembre 2013 dans un charnier à Diago, près de Bamako.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé