Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

MONDE

François Fillon, arrivé en tête, affrontera Alain Juppé dimanche 27 novembre prochain au second tour de la primaire de la droite et du centre, tandis que l’ancien président Nicolas Sarkozy est éliminé et a annoncé son retrait de la vie politique.

 C’est le duel que personne n’a vu venir, malgré la remontée spectaculaire de François Fillon dans les sondages ces quinze derniers jours, personne n’avait prévu qu’il dominerait de manière aussi magistrale ce premier tour, récoltant 44% des voix. Il n’est qu’à six points d’une victoire par KO sur Alain Juppé, qui reste loin derrière avec 28,5% des suffrages.

Que dire de Nicolas Sarkozy, sèchement éliminé avec un peu plus de 20% des voix ? Lui qui croyait tenir un vrai come-back quatre ans après sa défaite à la présidentielle est cette fois sorti dès le premier tour d’un scrutin organisé par son propre parti.

Une défaite retentissante, une humiliation qui n’a pas empêché ancien chef de l’Etat de faire un discours d’adieu de la vie politique en rendant hommage à ses deux principaux adversaires avant d’accorder son soutien à François Fillon.

A noter que la primaire présidentielle des Républicains de 2016, nommée officiellement primaire ouverte de la droite et du centre, est l’élection organisée en novembre 2016 par les partis politiques français Les Républicains (LR), le Parti chrétien-démocrate (PCD) et le Centre national des indépendants et paysans (CNIP), afin de désigner un candidat commun représentant la droite et le centre à l’élection présidentielle française de 2017. C’est la première fois en France qu’une primaire ouverte est organisée à droite de l’échiquier politique.