Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

MONDE

Au lendemain de la proclamation des résultats du scrutin présidentiel, annonçant la réélection du président Uhuru Kenyatta, son principal challenger Raila Odinga a annoncé son intention de saisir la Cour suprême. De toute évidence, il s’agira pour le chef de file de l’opposition de contester les résultats de cette présidentielle 2017.

«Ce n’est que le début, nous n’allons pas accepter et aller de l’avant», a martelé Raila Odinga, candidat malheureux à la présidentielle kenyane. Alors qu’il dénonçait une fraude massive au soir du scrutin, qui annonçait son rival vainqueur, Odinga a annoncé officiellement ce mercredi 16 août sa volonté de saisir la Cour suprême en vue de contester l’issu du vote.

C’est au cours d’une conférence de presse que le candidat perdant a réaffirmé son désaccord suite aux résultats donnés par la commission électorale indépendante. «Nous avons décidé de saisir la Cour et montrer au monde la fabrication d’un pouvoir généré par ordinateur», a-t-il laissé entendre.  

Celui-ci a expliqué vouloir choisir la voie légale pour éviter que son pays ne sombre dans le chaos. Car selon lui, «les kényans n’ont pas besoin de recourir à la violence pour obtenir justice». C’est pourquoi, «nous défendrons nos droits de se rassembler et de manifester. Nous organiserons des veillées, des minutes de silence, nous battrons le tambour et ferons tout ce qui est possible pour attirer pacifiquement l’attention sur ces injustices électorales flagrantes», déclare-t-il.

Par ailleurs, les résultats qui ont été rendus public ce vendredi 11 août par la commission électorale indépendante donnent Uhuru Kenyatta vainqueur avec 54,27% contre 44,74% pour le sieur Odinga.