Aujourd'hui,
URGENT
Football: Salitas FC logé dans le groupe B de la Coupe de Confédération avec Etoile du sahel, CS Sfaxien et Enugu Rangers   
Burkina: Christophe Joseph Marie Dabiré nommé Premier ministre en remplacement de Paul Kaba Thiéba
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»

MONDE

Accusés d’agressions sexuelles et de participation à des trafics, les 629 soldats envoyés par Brazzaville au sein de la Minusca (la Mission onusienne en Centrafrique), actuellement basés à Berberati, vont être renvoyés chez eux.


Il s’agit d’un rapatriement forcé qui intervient après un rapport accablant visant le contingent congolais. Le responsable de la Minusca auteur du rapport avait pointé de très nombreuses accusations d’agressions sexuelles portées à l’encontre des hommes basés à Berberati. Ce rapport révèle également des manquements dans la discipline et des trafics – notamment de carburants – à l’œuvre au sein de cette base militaire.

A noter que ce contingent de la force onusienne a déjà fait l’objet – depuis le début de l’année – de six de « blâmes » de la part du général sénégalais Balla Keita, commandant de la Minusca. Et dans une note confidentielle adressée en début mai dernier au général Carlos Humberto Loitey, conseiller auprès du secrétaire général de l’ONU en charge des opérations de maintien de la paix, le général Balla Keita notait que « malgré le rapatriement du précédent commandant de bataillon, il n’y a eu aucune amélioration du comportement du bataillon congolais ».

En effet, au cours de 2016, 120 soldats de ce même contingent ont été renvoyés à Brazzaville suite à des allégations d’agressions sexuelles sur au moins sept victimes, dont six enfants. Les éventuelles mesures prises par la hiérarchie militaire congolaise semblent n’avoir été ni assez fortes, ni assez rapides. Du reste, relève le général Balla Keita, « La situation s’est détériorée au point qu’on ne peut plus faire confiance à ce bataillon en raison de son mauvais commandement, de son manque de discipline et de ses déficiences opérationnelles ».

A noter que la Minusca compte 10 000 soldats déployés en République centrafricaine et 2 000 personnels civils. Les 629 hommes basés à Berberati étaient la seule contribution de Brazzaville à cette force des Nations unies.

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé