Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

MONDE

Les soldats mutins de Bouaké ont accepté ce mardi 16 mai, l'accord annoncé la veille par le gouvernement. Ils ont aussitôt pris l'engagement de regagner les casernes.



Les mutins révèlent avoir obtenu, grâce à cet accord, la pleine satisfaction de leurs revendications avec le paiement de 5 millions de francs CFA (7 600 euros) payés tout de suite et 2 millions en juin. 

Cette révélation intervient à la suite d'une annonce faite la veille (15 mai) par le ministre de la Défense Alain-Richard Donwahi, relativement à « un accord » trouvé avec les mutins. Une annonce qui a été suivie de nombreux coups de feu émis dans plusieurs villes, dont Abidjan.

Mais dès ce mardi matin, la situation semblait peu à peu se normaliser dans la capitale économique, Abidjan. En effet, les mutins établis au camp Gallieni avaient ainsi regagné leurs casernes. Mieux, de Bouaké d'où est partie la mutinerie, l'acceptation de l'accord a été clairement exprimée par les mutins dont certains avaient, quelques heures plutôt, rejeté le même accord.

Du côté du gouvernement ivoirien, aucune communication n'est faite sur le contenu dudit accord. Le moins que l'on puisse dire, c'est cet accord doit avoir fixé les modalités et le calendrier de paiement des primes exigées par les militaires. Pourvu que cela suffise à calmer véritablement ces soldats qui ont refusé de se laisser intimidés par des menaces de la haute hiérarchie militaire ivoirienne.

Signalons que ces mutins sont essentiellement d’anciens rebelles qui ont soutenu Alassane Ouattara lors de la crise électorale de 2010-2011 et qui ont ensuite été intégrés à l’armée.