Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Le procès du putsch manqué de 2015 de nouveau renvoyé au 29 juillet, dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel. 
Football: Kamou Malo, précédemment coach de l'USFA, est le nouveau sélectionneur des Etalons (communiqué FBF).  
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France

MONDE

La Cour d’appel de Niamey a rendu, le lundi 13 mars 2017, sa décision sur l’affaire de trafic international de bébés. Il en ressort que l’opposant Haama Amadou échoppe d’un an de prison ferme pour son implication dans ce trafic.



A l’ouverture du procès dans la matinée du lundi 13 mars, les avocats de l’opposant ont suspendu leur participation. Pour eux en effet, les procédures de convocation de leur client n’ont pas été respectées.

Selon Me Ali Kadri, « Hama Amadou réside en France, donc tous les actes de procédures doivent lui être envoyés en France (…) mais le juge a estimé qu’il faut examiner cette exception de nullité au fond ». Et d’ajouter, « Nous ne pouvons pas accepter de continuer un procès où, dès le départ, on sent qu’on veut nous mettre devant le fait accompli, et nous avons quitté la salle ».
Abondant dans le même sens, Me Souley Oumarou dira, « Ils veulent juger Hama et le condamner (…) ; l’objectif c’est de rendre une décision qui le rend inéligible pour les élections prochaines » devant intervenir en 2021.

Vivant en France depuis près d’un an à la suite d’une évacuation sanitaire, Hama Amadou n’a donc pas assisté à son procès. Poursuivi initialement pour « complicité », les faits qui lui sont reprochés ont été requalifiés en « recel d’enfant ».
Et voilà, le verdict est tombé : Hama Amadou est condamné à un an de prison ferme. Réagissant à cette condamnation, Me Boubacar Mossi (un autre de ses avocats) a indiqué qu’« Il y a des voies de recours et nous allons les exercer ».

Comme Hama Amadou, l’ancien ministre de l’agriculture Abdou Labo a échoppé d’un an d’emprisonnement ferme. Bien d’autres personnalités (une vingtaine), en l’occurrence des banquiers, des hommes d’affaires, un officier de l’armée, ainsi que leurs épouses ont été condamnés dont plusieurs d’entre eux à 5 ans de prison.
A noter que toutes ces personnes ont été emprisonnées et accusées d’avoir participé à un trafic de bébés qui auraient été conçus au Nigeria puis amenés au Niger via le Bénin. Elles ont ensuite été remises en liberté conditionnelle avant le déclenchement des audiences consacrées à cette affaire.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé