Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

MONDE

La Cour d’appel de Niamey a rendu, le lundi 13 mars 2017, sa décision sur l’affaire de trafic international de bébés. Il en ressort que l’opposant Haama Amadou échoppe d’un an de prison ferme pour son implication dans ce trafic.



A l’ouverture du procès dans la matinée du lundi 13 mars, les avocats de l’opposant ont suspendu leur participation. Pour eux en effet, les procédures de convocation de leur client n’ont pas été respectées.

Selon Me Ali Kadri, « Hama Amadou réside en France, donc tous les actes de procédures doivent lui être envoyés en France (…) mais le juge a estimé qu’il faut examiner cette exception de nullité au fond ». Et d’ajouter, « Nous ne pouvons pas accepter de continuer un procès où, dès le départ, on sent qu’on veut nous mettre devant le fait accompli, et nous avons quitté la salle ».
Abondant dans le même sens, Me Souley Oumarou dira, « Ils veulent juger Hama et le condamner (…) ; l’objectif c’est de rendre une décision qui le rend inéligible pour les élections prochaines » devant intervenir en 2021.

Vivant en France depuis près d’un an à la suite d’une évacuation sanitaire, Hama Amadou n’a donc pas assisté à son procès. Poursuivi initialement pour « complicité », les faits qui lui sont reprochés ont été requalifiés en « recel d’enfant ».
Et voilà, le verdict est tombé : Hama Amadou est condamné à un an de prison ferme. Réagissant à cette condamnation, Me Boubacar Mossi (un autre de ses avocats) a indiqué qu’« Il y a des voies de recours et nous allons les exercer ».

Comme Hama Amadou, l’ancien ministre de l’agriculture Abdou Labo a échoppé d’un an d’emprisonnement ferme. Bien d’autres personnalités (une vingtaine), en l’occurrence des banquiers, des hommes d’affaires, un officier de l’armée, ainsi que leurs épouses ont été condamnés dont plusieurs d’entre eux à 5 ans de prison.
A noter que toutes ces personnes ont été emprisonnées et accusées d’avoir participé à un trafic de bébés qui auraient été conçus au Nigeria puis amenés au Niger via le Bénin. Elles ont ensuite été remises en liberté conditionnelle avant le déclenchement des audiences consacrées à cette affaire.