Aujourd'hui,
URGENT
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019

Au cours d’une conférence de presse animée le lundi 13 février 2017 à Bruxelles, la famille Tshisékédi a exprimé son attachement à la réalisation de l'autopsie sur le corps d'Etienne Tshisekedi décédé d’une embolie pulmonaire le 1er février à l’hôpital Sainte-Elisabeth de Bruxelles. Cette autopsie permettra, selon ladite famille, d'en savoir d’avantage sur les circonstances de la mort du patriarche et figure emblématique de l’opposition en République démocratique du Congo (RDC).

Dans un communiqué publié le lundi 13 février 2017, le Syndicat national de la presse privée de Côte d’Ivoire (SYNAPP-CI) a « condamné fermement » ce qu'il qualifie de «énième atteinte flagrante à la liberté d’expression et à la liberté de la presse », deux droits fondamentaux de l’Homme, reconnus et protégés par la Constitution ivoirienne.

Dans ce communiqué du Centre d'Information des Nations Unies (CINU) du Burkina Faso, des experts du Sous-comité des Nations-Unies pour la prévention de la torture soulignent de nets progrès dans la prévention du phénomène au Niger.

Dans ce communiqué de presse parvenu à Fasozine, le Conseiller spécial de l’Organisation des Nations Unies (ONU) pour la prévention du génocide, Adama Dieng, estime que se retirer de la Cour pénale internationale va nuire à la justice internationale pour tous et que la sortie annoncée de certains pays africains « pourrait laisser un vide juridique désastreux ».

Les chefs d'Etat de l'Union africaine ont décidé lundi de réintégrer le Maroc, qui avait quitté l'organisation continentale en 1984 pour protester contre l’admission du Sahara occidental.

Le président guinéen Alpha Condé a été élu ce lundi 30 janvier par ses pairs pour succéder à son homologue tchadien Idriss Déby Itno à la présidence tournante de l'Union africaine. L'ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad, Moussa Faki Mahamat, a pour sa part été porté à la tête de la Commission.

Comme annoncé la veille, le nouveau président gambien Adama Barrow est rentré ce jeudi 26 janvier après-midi à Banjul où une foule immense l'attendait à l'aéroport.


Vêtu de chéchia et tunique blanches, Adama Barrow est descendu d’un avion militaire sénégalais portant l’emblème de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), accompagné de ses deux épouses et de plusieurs de ses enfants. Dans la foule qui a pris d'assaut les environs de l'aéroport dès le début de l’après-midi pour lui réserver un accueil triomphal, se trouvait la nouvelle vice-présidente Fatoumata Jallow Tambajang.

Le lieu était sous très haute surveillance de militaires sénégalais et nigérians cagoulés et lourdement armés, ainsi que d’un détachement de soldats gambiens. Du reste, le président Barrow a sollicité l'assistance durant six mois, de ces militaires (sénégalais et nigérians) sous mandat CEDEAO.

Rappelons le nouveau président gambien qui regagne ainsi son pays et son fauteuil, a été élu le 1er décembre 2016. Sa victoire a été reconnue par son prédécesseur Yahya Jammeh qui s'est ensuite ravisé le 9 décembre, plongeant la Gambie dans une crise potentiellement explosive. C'est dans un tel contexte marqué par des pressions diplomatiques et militaires sur M. Jammeh, que le nouvel élu Barrow a été accueilli au Sénégal voisin le 15 janvier où il a dû prêter serment le 19 janvier dans le respect du délai constitutionnel. Le voilà de retour ce 26 janvier, cinq jours après l'abandon du pouvoir par Yahya Jammeh qui s'est envolé pour la Guinée équatoriale.

Le retour du nouveau président gambien dans son pays est prévu pour intervenir dans l'après-midi du jeudi 26 janvier. L'information a été révélée par des sources diplomatiques aussi bien du côté du Sénégal où il réside depuis le 15 janvier que du côté de la Gambie.

Fatoumata Tambajang, c'est elle, la première personnalité qui va seconder le président Adama Barrow dans la gestion du pouvoir d'Etat en Gambie. Elle en effet, la nouvelle vice-présidente du pays. L'information a été révélée le lundi 23 janvier par le porte-parole de l’opposition, Halifa Sallah au cours d’une conférence de presse.

Au lendemain de l'exil de Yahya Jammeh, le conseiller spécial du nouveau chef de l‘État a révélé au cours d'une conférence de presse animée à Dakar au Sénégal, qu'“en l’espace de deux semaines seulement, près de 11,4 millions de dollars ont été retirés par l’ancien président, le gouvernement de l’ex-président".

A l'issue des discussions de la dernière chance qui lui a été offerte par la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), Yahya Jammeh a annoncé à la télévision d'Etat, son départ du pouvoir.

Un attentat-suicide visant un camp militaire a fait entre 37 et  50 morts mercredi matin à Gao, dans le nord du Mali, selon l'ONU.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé