Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   
Niger: 6 Français et 2 Nigériens tuées dimanche par des hommes armés dans la zone de Kouré (sud-ouest du Niger). 
Tapoa: 5 personnes enlevées samedi sur l'axe Fada-Kantchari par des hommes armés ont été retrouvées saines et sauves dimanche. 
Bobo Dioulasso: 850 élèves de l’Enam en formation militaire au Groupement d’instruction des forces armées.
Fada: l’explosion d’un pneu provoque une débandade au marché de bétail. 
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 

ENVIRONNEMENT

«L’Heure est grave, tout le monde le sait, c’est la forêt de Kua qui défraie la chronique parce que notre gouvernement n’a trouvé autre lieu que cette forêt classée depuis 1936 pour y construire un hôpital». Tels sont les propos de la Coalition citoyenne pour la préservation de l’environnement (CCPE) au cours d’une conférence de presse ce vendredi 31 mai 2019 à Ouagadougou. Selon ladite coalition, s’attaquer aux forêts de la région des Hauts-Bassins, c’est compromettre la disponibilité et la qualité des ressources en eau dans cette partie du Burkina.


La CCPE selon son porte-parole, Cléophas Zerbo, est née pour fédérer les actions des protecteurs de l’environnement pour défendre Kua à Bobo-Dioulasso, du désenclavement aux fins de construire un hôpital. Bien que saluant à sa juste valeur ce projet de construction d’un hôpital qui va certainement contribuer à sauver des vies humaines, la CCPE fait remarquer que la partie délimitée pour ce projet écocide qui est de 16 ha, comporte laplus grande densité de pieds de Vitellaria paradoxa (karité), une espèce intégralement protégée au Burkina et dont la valeur socio-économique n’est plus à démontrer. «En plus de cette espèce emblématique, on rencontre sur cette partie, d’autres espèces utilitaires comme Parkia biglobosa (néré), qui est à l’origine u soumbala. Il est important d’ajouter que la portion délimitée pour la construction de l’hôpital comporte une source d’eau», ajoute M. Zerbo.

Aux dires des conférenciers, l’alimentation en eau potable de la ville de Bobo-Dioulasso et ses localités environnantes est assurée à partir d’eau de sources dont la plupart se retrouvent dans ses forêts classées périurbaines. Une étude menée en 1993 montrerait que que les nappes de la zone de Bobo sont reliées et que les forêts classées de Kua, Dindéresso et Kuinima jouent un important rôle de captage et d’approvisionnement de ces nappes. Pour la CCPE donc, «s’attaquer aux forêts de cette région, c’est compromettre la disponibilité et la qualité des ressources en eau dans cette partie du Burkina.»

La coalition trouve curieux qu’un site antérieurement proposé et refusé soit à 400m seulement du nouveau site «litigieux» et à 100m des limites de la forêt. «Méconnaissance des bienfaits de la forêt ? Volonté attentatoire aux dispositions légales régissant les questions de gestion des forêts classées ? Agenda caché à dessein malsain ?» Autant de questions qui restent toujours sans réponses selon la CCPE. Pour la coalition, il y a comme une volonté manifeste d’amener les Burkinabè à choisir entre l’hôpital et la forêt classée alors qu’on peut bien avoir les deux.

Cabale politicienne ?

L’autre constat que fait la CCPE, c’est «la cabale politicienne  autour de la question qui empêche les acteurs, techniciens et défenseurs de l’environnement de s’exprimer.» «Or, le tout politique est dangereux pour notre pays. Cette question n’est pas politique, même si elle l’est, elle n’est point politicienne. Elle est d’ordre écologique et appelle à notre bon sens communautaire et à la préservation de l’avenir de notre nation et des générations futures», s’insurge Cléophas Zerbo.

La CCPE se dresse donc contre ce projet qu’elle qualifie d’écocide. Elle lance par conséquent, une lutte organisée contre ce qu’elle appelle invasion illégale des forêts en générale et de la forêt classée de Kua en particulier. Ainsi donc, elle entend entreprendre des démarches auprès des autorités, élargir son cercle, rencontrer les représentations diplomatiques, mener des actions afin de faire entendre sa voix et barrer la route à ce projet de déclassement d’une partie de la forêt de Kua etc.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir