Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Le procès du putsch manqué de 2015 de nouveau renvoyé au 29 juillet, dans l'attente d'une décision du Conseil constitutionnel. 
Football: Kamou Malo, précédemment coach de l'USFA, est le nouveau sélectionneur des Etalons (communiqué FBF).  
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France

ENVIRONNEMENT

En marge des 5è Journées des acteurs de la communication sur les énergies (JACE) prévues du 28 au 30 juin 2018 à Ouagadougou, une vingtaine de journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le développement durable (JED) étaient sur les traces de la plus grande centrale hybride fioul-solaire au monde. Installée sur le site de la mine Iamgold Essakane dans le Sahel du Burkina, les hommes et femmes des médias ont visité de fond en comble, cette œuvre de la société Essakane Solar SAS le 23 juin 2018.


L’objectif de cette visite selon Grégoire Bazié, président dudit réseau, est de permettre aux journalistes de toucher du doigt cette réalisation, afin de participer activement aux débats lors de ces 5è JACE placées sous le thème : «Place et contribution des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina». «Après les autorités politico-administratives, nous voulons également approcher les sociétés minières dans nos plaidoyers afin qu’elles contribuent au développement de notre pays par la promotion des énergies renouvelables», a laissé entendre M. Bazié. Grégoire Bazié indique également que l’engagement du réseau va se poursuivre sur d’autres fronts en vue de ratisser large pour impliquer davantage les différents acteurs afin d’aboutir prochainement aux états généraux des énergies renouvelables au Burkina qui selon lui, est une condition sine qua non pour le développement du pays.

Première centrale solaire connectée à une centrale thermique, cette centrale permettra selon Emma Marie Blanche Kantiono, directrice générale d’Essakane Solar SAS, d’économiser 6 millions de litres de fioul par an, d’éviter la production de 18.500 tonnes de CO2 par an et d’offrir 40 emplois directs durant la phase d’exploitation et surtout de réduire l’impact environnemental de la mine.

Marceline Maïga est originaire de Falangoutou et nettoyeuse sur le site depuis l’installation de la centrale. La jeune dame estime que cet emploi a apporté beaucoup dans le changement de son quotidien. «Avec cet emploi, j’arrive à m’entretenir et à aider mes parents. Avant donc que le projet s’arrête éventuellement, j’économise pour entreprendre moi-même», témoigne-t-elle. Tout comme Mlle Maïga, plusieurs employés chargés du nettoyage des 130.000 panneaux que compte la centrale, témoignent de bien gagner leur vie et souhaitent d’ailleurs que cette initiative ce multiplie dans la région. C’est la preuve donc que ce projet s’inscrit dans une politique de développement local.

Emma Marie Blanche Kantiono à l'oeuvre avec les journalistes

Trois mois après son ouverture, «les petits défauts techniques» ont été corrigés et Emma Marie Kantiono s’estime satisfaite des premiers résultats. «On entend souvent parler de beaux projets, nous, nous préférons les réaliser et en parler après. Nous avons démarré cette centrale il y a quelques mois et elle a déjà économisé près de 750.000 litres de fuel», se réjoui Mme. Kantiono. 

L’Electricité renouvelable dédiée aux industriels offre ainsi donc des avantages économiques et environnementaux majeurs. La construction de cette centrale hybride fioul-solaire marque un tournant majeur et irréversible pour l’industrie minière au Burkina. Bâtie sur une superficie de 22Ha, cette centrale est la preuve que le Burkina est un leader incontestable dans la promotion des énergies renouvelables en Afrique et dans le monde. Cette expérience représente donc le premier projet d’une longue série pour le secteur minier. Et la jeune équipe que dirige Mme Kantiono compte bien répliquer ce projet rapidement avec d’autres sites si besoin il y a.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé