Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Les nouveaux élus du bureau exécutif national des Chambres d’Agriculture du Burkina Faso ont été officiellement présentés à la presse le samedi 2 juin dernier à Ouagadougou. Le nouveau bureau a saisi cette occasion pour lancer un appel aux producteurs pour la réussite de la campagne agricole 2018-2019.

C’est Moussa Koné, président de la Chambre régional d’agriculture des Cascades qui est le président national de la Chambre nationale d’agriculture (CNA). Pour un mandat de cinq ans (2018-2022), ces nouveaux membres entendent, au cours de cette mandature, renforcer la communication en vue d’informer et d’éclairer les acteurs, gage d’une meilleure visibilité. Cela, affirme M. Koné, pour répondre à une étude diagnostique menée en 2016. Selon le président de la CNA, cette étude a montré que la majorité des chambres régionales assurent difficilement leur rôle au bénéfice de leurs ressortissants et partenaires des services publics et privés.

La troisième mandature se donne pour vision de renforcer la concertation et le partenariat. Et ce, pour permettre à la CNA d’être véritablement l’interface entre les producteurs et l’Etat ainsi que les partenaires techniques et financiers.

Aussi, le bureau national dit noter avec regret la tension qui existe actuellement entre le ministère en charge de l’Agriculture et son personnel du réseau d’encadrement. Sur la question Moussa Koné, estime qu’il est important de trouver des solutions afin que cette crise «n’hypothèque» pas la campagne agricole 2018-2019. «Si les agriculteurs n’ont pas la semence, les intrants et l’encadrement  à temps, le déficit céréalier de cette saison sera pire que celle passée. Nous sommes inquiets, et c’est tout le Burkina Faso qui est inquiet, il y va de la survie de tous les Burkinabè» fait-il savoir.

La Chambre nationale d’agriculture invite les parties à privilégier le dialogue et la concertation pour solutionner «urgemment» cette situation car, relève M. Koné, aujourd’hui tous les acteurs du monde rural sont inquiets. «La campagne est déjà là et nous avons besoin des agents du ministère pour nous accompagner sur le terrain» lance-t-il.

A noter que les Chambres régionales d’agriculture (CRA) et la Chambre nationale d’agriculture (CNA), sont des institutions consulaires investies d’une mission de service public, d’intérêt général dans les domaines agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique. Elles sont dotées de la personnalité juridique et de l’autonomie de gestion et sont placées sous la tutelle technique des ministères en charge de l’Agriculture et des Finances.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir