Aujourd'hui,
URGENT
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire

ENVIRONNEMENT

Ouagadougou accueille le 9è atelier du projet des Centres d’excellence africains (CEA) sur le site du campus de l’Institut d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE). Les 22 CEA financés par la Banque mondiale et hébergés dans des universités de 9 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre font à cette occasion, la mise à jour des diverses facettes du projet.


L’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche en Afrique est très essentielle pour l’Association des universités africaines. En effet, les CEA visent à soutenir l’émergence de pôles d’excellence régionaux dans l’enseignement supérieur et la recherche appliquée. Ils cherchent à produire une masse critique de spécialistes de haut niveau (maitrise et doctorat), tout en offrant des formations pratiques de court terme à techniciens qui souhaitent renforcer leurs capacités. Ce projet est donc le fer de lance de l’AUA pour transformer le continent africain et ses services publics.
Programme d’envergure initié et financé par la Banque mondiale depuis 2014, le projet CEA est une opportunité inouïe offerte aux universités africaines de se mettre sur les mêmes standards que les autres universités du monde. Il constitue une aventure formidable et permet aux différentes universités membres, de consolider leurs acquis et d’atteindre des résultats significatifs. C’est l’exemple de 2iE qui a désormais trois programmes accrédités à l’international (CTI-EUR-ACE) ; la certification ISO 9001 version 2015 de ses offres de formations ; 69 articles de rang A ; 29 thèses soutenues depuis le début du projet etc. Quoi de plus pour réjouir le professeur Mady Koanda, directeur général de 2iE. Pour lui, 2iE se veut aujourd’hui un hup académique et scientifique internationale, une réponse à l’emploi des jeunes diplômés et une institution forte au service du développement socio-économique des pays africains. 

«L’AUA reste convaincue que des investissements judicieux et stratégiques dans l’enseignement supérieur et la recherche en Afrique seront rentables en donnant lieu plus tard à des institutions universitaires solides capables d’assurer effectivement leur engagement sociétal. Ces investissements présentent de nombreux avantages, notamment en contribuant au développement des ressources intellectuelles des pays, à une main-d’œuvre compétente, à des leaders visionnaires, à l’égalité des sexes et au respect des droits fondamentaux de l’homme», estime le professeur Etienne Ehilé, président de l’AUA.

Pour sa part, Cheick Fantamady Kanté, représentant résident de la Banque mondiale, estime que c’est le premier projet régional à grande échelle au sein de l’enseignement supérieur de l’institution qu’il représente au pays des Hommes intègres. «Les pays africains se doivent de partager leurs ressources et de travailler ensemble. C’est là l’objectif du projet. A savoir, partager la collaboration entre les universités, partager des solutions et former les étudiants à travers les frontières», conseille M. Kanté. Le représentant de la Banque mondiale révèle par ailleurs, que les échanges de cet atelier, fourniront une plate-forme pour partager des défis et des idées communes ainsi que des solutions pour améliorer l’éducation scientifique en Afrique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé