Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

Aline Zongo, point focal Copagen Burkina(au centre)

ENVIRONNEMENT

La Coalition pour la Protection du Patrimoine génétique africain (Copagen) était face à la presse ce jeudi 5 avril 2018 à Ouagadougou. Objectif : indiquer leur rejet des organismes génétiquement modifiés (OGM) dans l’agriculture, l’alimentation et la santé humaine et animale.

Ce point de presse a surtout servi de cadre pour la Copagen de donner une information qui ne serait pas connue de tous à savoir le lâchage dans la nature de plus de 10 000 moustiques mâles stériles génétiquement modifiés par le projet Target malaria dans le but de réduire la population de moustiques au Burkina. Ce projet qui serait dans sa phase expérimentale ne rassure pas du tout la Copagen, section Burkina Faso.

« Le Burkina Faso a importé d’Italie, depuis le 2 novembre 2016, des œufs de moustiques génétiquement modifiés avec la bénédiction de l’Agence nationale de Biosécurité. Ces œufs ont été confinés depuis le 3 novembre 2016 dans un laboratoire de l’Institut de Recherche en Sciences de la santé (IRSS), à Bobo Dioulasso, pour une activité d’élevage en vue d’atteindre le nombre de 10 000 moustiques mâles stériles génétiquement modifiés » a indiqué Aline Zongo, point focal du Copagen au Burkina dans son propos liminaire.  

A en croire, Mme Zongo, le lâchage prochain de ces moustiques OGM entre dans le cadre des objectifs du projet  Target Malaria. Ledit projet travaillerait « à la mise au point d’une nouvelle technologie de lutte anti-vectorielle contre l’anophèle afin de contribuer à réduire la population de moustiques et du même coup le fardeau du paludisme en Afrique ». Et Selon la Copagen qui dit avoir rencontré les acteurs du projet, les moustiques OGM seront lâchés entre juillet et novembre 2018 dans l’un des trois villages de Bobo : Bana, Pala et Sourkoudiguin pour une expérience d’observation par les scientifiques travaillant sur le projet.

Selon Aline Zongo, les Burkinabè seront donc les cobayes d’une expérimentation de moustiques OGM. Chose que refuse la Copagen qui estime que toutes les conditions sécuritaires sur le plan sanitaire ne sont pas réunies.

« A l’issue des échanges entre la Copagen et le projet Target malaria, nous tirons la conclusion que toutes les conditions de sécurité au plan sanitaire, pour les hommes, les animaux et leur environnement, ne sont pas réunies. Des populations burkinabè sont en passe  d’être utilisées comme cobayes  dans cette expérimentation » indique Mme Zongo qui n’a pas manqué de relever certaines questions ?

« Quelles seraient les conséquences si une femelle génétiquement modifiée, malgré toutes les précautions, piquait un malade du paludisme et le transmettait à d’autres sujets au sein de la population ? (…) Quelles dispositions ont été prises pour gérer les risques de résistances, de mutation de ces moustiques OGM sachant que dans une population d’étude, certains individus arrivent à opposer une résistance aux transformations génétiques qui sont faites » telles sont  les questions formulées par la Copagen.

Manque de réponse à ces interrogations, la Copagen invite le gouvernement « à s’inscrire dans l’approche précaution tel que préconisé par le protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques et exhorte l’agence nationale de biosécurité à surseoir à l’examen de la demande d’autorisation du lâcher des moustiques mâles stériles, en attendant que des réponses définitives et rassurantes soient apportées à toutes les interrogations »

Pour Ibrahim Ouédraogo, consultant et membre du Conseil d’administration de la Copagen régionale, leur structure n’est pas contre les OGM mais préconise plutôt « une recherche scientifique indépendante qui valorise les ressources biologiques locales et les connaissances traditionnelles et endogène dans l’intérêt des petits agriculteurs et des consommateurs burkinabè ».

Ce qu’il déplore dans la question des  moustiques  dits OGM est tout simplement lié au fait que le projet Target malaria n’a pas mis le sujet au centre du débat public. Et il s’en explique : « Est-ce que les journalistes étaient informés de ce lâchage de moustiques OGM ? On pouvait faire des émissions sur la question et surtout des émissions qui rassurent. Cela pouvait susciter des controverses (…) Si c’est vraiment une situation de fierté, on devait le présenter au maximum de Burkinabè et c’est cela qui allait susciter le débat contradictoire ».

Fasozine a contacté l’Agence nationale de Biosécurité qui a promis de lui revenir sur le sujet. Affaire à suivre… 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé