Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

ENVIRONNEMENT

Depuis le 19 janvier 2018, le poisson tilapia d’un certain nombre de pays est interdit d’importation au Burkina Faso jusqu’à nouvel ordre. Ce poisson représenterait actuellement une menace pour la santé humaine du fait d’un virus. A travers une conférence de presse ce mardi 6 février 2018, le ministère des ressources animales et halieutiques, a rassuré que le Burkina n’a pas encore été touché par ce virus.


Selon l’arrêté interministériel, «l'importation, la détention en vue de la vente, la mise en vente, la vente, l'exposition et la distribution à titre gratuit de poisson tilapia sauvage ou d'élevage, vivant, sous forme d'œufs, de larves, de juvéniles, de géniteurs ou de poisson tilapia mort sous forme congelée ou dérivé en provenance de la Colombie, de l'Equateur, de l'Égypte, d'Israël, la Thaïlande et les Philippines infectés par le virus de lac du tilapia sont interdites sur le territoire national.»

Selon le Dr Adama Maïga, directeur de la Santé publique, vétérinaire, cette interdiction est provisoire. «Le tilapia est très prisé au Burkina. Il se trouve que le virus de lac de tilapia existe dans certains pays et cette maladie peut faire une mortalité de 80% des effectifs d’un élevage. Alors que nous avons des petits éleveurs qui importent des alevins et de la farine de poisson. Et si on n’y prend garde, ces productions peuvent être atteintes en un clin d’œil. C’est pour cette raison que le gouvernement a pris cet arrêté afin de règlementer toutes les importations de tilapia au Burkina», explique le Dr Maïga. 

Le Dr Maïga précise que l’interdiction, c’est par rapport à ces six pays et non tous les pays. Pour éviter que des personnes mal intentionnées trouvent des alternatives pour contourner cette décision, il est désormais demandé aux importateurs de fournir un certificat d’origine et un certificat vétérinaire officiel du pays de production. Adama Maïga rassure par ailleurs que les populations peuvent consommer tranquillement le tilapia au Burkina parce que «tout ce qui arrive au Burkina est contrôlé pour le moment. Aussi bien pour le tilapia que les autres poissons.» Et Amado Ouédraogo, secrétaire général du MRAH d’inviter les producteurs privés à ne pas avoir peur et de continuer à investir dans ce secteur.

Par ailleurs, le même arrêté interministériel indique qu’il sera procédé à la saisie et à la destruction de toute espèce de tilapia sauvage ou d’élevage et produits dérivés de tilapia, provenant des pays susvisés, quel que soit le stade de leur traitement conformément aux dispositions relatives à la police zoosanitaire et sans préjudice des poursuites et sanctions prévues par la règlementation en vigueur.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé