Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

ENVIRONNEMENT

Les promoteurs ne respectent pas la loi N°017-2014/AN du 20 mai 2014 portant interdiction de production, de l’importation, de la commercialisation et de la distribution des emballages et sachets plastiques non biodégradables. C’est le constat fait lors d’une opération spéciale de contrôle sur le respect de ladite loi effectuée du 25 au 29 septembre 2017 dans les villes de Ouagadougou et de Bobo Dioulasso. Le bilan de l’opération a été présenté aux hommes et femmes de médias le vendredi 13 octobre 2017 à Ouagadougou par le ministre en charge de l’Environnement.

A ce point de presse, le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Nestor Batio Bassière, a apporté des éclaircissements aux journalistes sur la lutte contre les sachets non-biodégradables. Le ministre s’est d’abord réjouit du fait que le sachet biodégradable est de plus en plus utilisé dans notre pays. Pour preuve, environ 200 certificats d’homologation ont été délivrés par la direction générale de la préservation de l’environnement. Cependant l’objectif est loin d’être atteint.

Sur 129 sociétés contrôlées à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso du 25 au 29 septembre 2017, seulement 25 sociétés soit environ 20% sont en règles vis-à-vis des dispositions de la loi. Ce qui veut dire que 80% de ces entreprises ne sont pas conformes soit 104 sociétés.

Selon le ministre Nestor Batio Bassière, à la date du 09 octobre 2017, sur les 104 promoteurs convoqués 13 ont été déjà auditionnés et sanctionnées, 65 auditions sont en cours et les auditions des 26 autres sont aussi programmées. Les auditions se poursuivront jusqu’à épuisement de la liste des interpellés.

Parmi les actions futures du ministère en charge de l’environnement, on note l’acquisition des appareils de test de biodégradabilité pour plus d’efficacité dans les opérations de contrôle. Monsieur Nestor Bassière a saisi l’occasion pour réitérer ses encouragements aux initiatives privées et aux différents acteurs qui interviennent dans la collecte et la valorisation des déchets plastiques.

MEEC

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir