Aujourd'hui,
URGENT
France: Alexandre Benalla et les quatre autres suspects mis en examen
Politique: Zéphirin Diabré reconduit à la tête de l'UPC pour un mandat de 4 ans
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)

ECONOMIE

Partout sur le continent africain, des intellectuels, hommes et femmes de différents domaines d’expertise et d’activité ont publiquement manifesté leur « ras-le-bol » face à l’instauration par la France, depuis plus d’un demi-siècle, d’une monnaie qui n’a que pour but d’ « asservir » le peuple africain. Ainsi, sous le slogan de lutte et de mobilisation « Front Anti-FCFA », plusieurs organisations et mouvements de la société civile ont manifesté le 11 février 2017 dans plusieurs pays et villes du continent et dans le monde. Parmi ces organisations, le mouvement Citoyen africain pour la renaissance (CAR) du Burkina, dirigé par Hervé Ouattara et membre de l’Urgence Panafricaniste (UR-Panaf).


Ancien député du Conseil national pour la Transition, Hervé Ouattara ne manque pas d’afficher cette volonté de mouiller son maillot pour une véritable mobilisation africaine (et au-delà) contre le franc CFA en vue d’une prise de conscience au niveau continental et au Burkina en particulier face à cette monnaie au dessein de servitude.
Le 11 février 2017, sous l’impulsion du panafricaniste Kemi Séba, plus de 20 pays et une quarantaine de villes du monde ont observé une journée internationale contre le francs CFA. A Ouagadougou, l’accent a été mis sur la sensibilisation à travers un panel sur « comment se défaire du franc CFA » à l’endroit des étudiants et autres décideurs parmi lesquels, des partis politiques tels que l’Union pour le progrès et le changement et l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (tous de l’opposition). Le message essentiel à retenir est que le combat pourrait être maintenu ou redirigé vers « le boycotte total de tous les produits français » après le bilan des acitivités du 11 février par le Panaf.

A la question de savoir si l’Afrique est prête à avoir sa propre monnaie, M. Ouattara répond : « que l’Afrique disparaisse si elle ne peut pas avoir sa propre monnaie. Comment l’Afrique vivait avant le francs CFA et comment se faisaient les transactions pour qu’on nous dise que l’Afrique n’est pas prête? Il faut que nos dirigeants et la jeunesse africaine prennent leurs responsabilités.» « La peur des dirigeants africains se justifie parce que le Mali est revenu au francs CFA 25 ans après en être sorti simplement parce que la France a travaillé à le phagocyter. Il nous faut être dans un regroupement régional et se mettre ensemble pour réussir le combat », préconise le président du CAR.

Pour Hervé Ouattara, « dire non au francs CFA est un devoir ». Il propose d’ailleurs d’aller à une monnaie Cedeao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Hervé Ouattara estime qu’ « il n’y a que des gens qui travaillent à mettre dans la tête des Africains que nous ne pouvons pas voler de nos propres ailes ».  
Pour Hervé Ouattara, « la jeunesse africaine doit se réveiller pour rejoindre la lutte enfin que désormais l’Afrique prenne son destin en main pour perpétrer le panafricanisme prônées par les pères de l’unité africaine que sont Kwamé N’Krumah, Thomas Sankara, Sékou Touré et bien d’autres ».

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé