Aujourd'hui,
URGENT
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 
Soum: au moins 6 morts dans une nouvelle attaque ce vendredi 17 novembre
Filo 2017: rapprocher le livre du cadre familial
Léo: une personne tuée, 8 millions de FCFA et du matériel militaire emportés dans un braquage (AIB)  
UACO 2017: Les échanges porteront sur les médias sociaux et la formation des opinions en Afrique ( du 16 au 18 novembre)  
Zimbabwe: Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition politique appelle le président Mugabe à rendre le tablier
Etats généraux de la: 983 jeunes réfléchissent sur les freins à l’épanouissement de la jeunesse  
arrondissement 3:  Les militants de l’UPC s’indignent face à la « forfaiture » engagée pour la destitution de l’actuel maire

ECONOMIE

Une délégation de chefs d’entreprises françaises séjourne à Ouagadougou pour un « Forum d’affaires France-Burkina ». Réunis au sein du Mouvement des entreprises de France (Medef), la présence de ces chefs d’entreprises françaises sur le sol burkinabè est une réponse à l’invitation du président Roch Marc Christian Kaboré afin de mieux présenter les opportunités d’investissements au Burkina aux hommes d’affaires français.

 

 En honorant cette invitation du gouvernement burkinabè, le Medef exprime ainsi, selon Bruno Mettling, président du conseil des chefs d’entreprises France-Afrique de l’Ouest du Medef International et directeur général Afrique et Moyen orient d’Orange, sa volonté de faire des affaires au Burkina Faso.

C’était l’occasion pour Elie Justin Ouédraogo, représentant le président du Conseil national du patronat burkinabè, de rappeler que « l’ambition des autorités burkinabè, est de faire du Burkina Faso, une terre de prédilection des investisseurs où le secteur privé joue pleinement son rôle de moteur de développement économique et social ». Pour M. Ouédraogo, le Medef trouvera sans nul doute au cours de cette rencontre, des hommes d’affaires burkinabè avec qui il peut nouer des partenariats gagnant-gagnant afin de réaliser des investissements fructueux, profitables à chacune des parties.

Le PIB nominal nettement en progression

Face aux menaces terroristes et autres soubresauts politiques, le premier ministre Burkinabè, Paul Kaba Thiéba, s’est voulu rassurant. « A ce jour, la situation sécuritaire est sous contrôle. En dépit des chocs liés aux effets négatifs des attaques terroristes dans la sous-région, l’économie burkinabè a fait preuve de résilience », fait remarquer le Premier ministre. D’après lui, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) nominal qui était descendue de 6,6% en 2013 à 4,4% en 2015, remonte progressivement au niveau du potentiel évalué à 6,5%. La croissance du PIB ressortirait à 5,7% en 2016. Et avec la mise en œuvre du Programme d’investissements publics prévus dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES), « les perspectives sont favorables pour 2017 » car, les prévisions situent la croissance à 8,37%.

Ces opportunités d’affaires, la délégation conduite par Bruno Mettling n’entend pas les rater. Pour M. Mettling, qui témoigne n’avoir jamais conduit une si grande délégation d’entreprises françaises dans un pays du sahel, « la bonne réponse à apporter à la menace terroriste, est de multiplier les échanges, de se renforcer et d’investir ». De ce point de vue, il estime que consolider le climat des affaires et relancer le développement économique est une réponse aussi importante. Raison de la présence de sa délégation à Ouagadougou.

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir