Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

ECONOMIE

L’ambassadeur du Japon au Burkina, Masato Futaishi a procédé ce vendredi 10 février 2017 à Ouagadougou à la signature d’un contrat de don en faveur de l’association Belwet dirigé par le Larlé Naaba Tigré.  Cette assistance financière de plus de 46 millions de francs CFA est destinée à l’exécution du projet de construction d’un centre de formation et de promotion agro-sylvo-pastorale dans la commune rurale de Dapélogo pour les jeunes vivant en milieu rural initié par ladite association.

Ce don permettra concrètement la construction de trois salles de classe et de deux ensembles de latrines. Cette assistance financière nippone s’inscrit dans le cadre du programme d’aide financière du gouvernement du japon intitulé « Dons aux micros-projets locaux contribuant à la sécurité humaine ».

Ce centre  qui accueillera ses premiers apprenants en juin 2017, dispensera des formations en continue et à la carte en matière d’agronomie, de sylviculture, de pisciculture, d’aviculture et d’autres types d’élevage. La première cuvée attendue selon le promoteur dudit centre est d’environ 300 personnes.

« Les paysans burkinabè sont de braves hommes mais ils n’ont pas reçu la technicité nécessaire pour augmenter le rendement de leurs hectares de culture. A travers les formations théoriques et pratiques que nous allons leur enseigner, beaucoup de choses vont changer dans les cinq années à venir » a indiqué le Larlé Naaba Tigré.

Outre les techniques agricoles que dispensera ledit centre, le promoteur a également laissé entendre qu’il sera enseigné aussi des techniques de développement personnel pour l’éveil du potentiel des futurs pensionnaires. Aussi la méthode Kaizen, concept de vie japonais y sera enseigné. Ce concept consiste à améliorer continuellement la qualité dans tous les domaines de la vie en appliquant les cinq règles que sont : Ranger, ordonner, nettoyer, rendre propre et être discipliné.

L’ambassadeur Masato Futaishi a affirmé que son pays a décidé de soutenir la création de ce centre car « il permettra d’offrir aux apprenants une formation de qualité dans un environnement approprié et de mieux les accompagner dans leur insertion socioprofessionnelle ». Et allant dans ce sens, il a indiqué que le gouvernement japonais soutiendra toute initiative visant le renforcement des ressources humaines dans le domaine agricole pour l’amélioration de la productivité.

« L’Ambassade du Japon a trouvé que ce projet est pertinent et s’inscrit dans une double perspective de développement. Ce projet permettra de former des jeunes compétents dans le domaine de l’agriculture en vue de favoriser leur insertion socioéconomique en milieu rural et leur autonomisation. Et de ce fait, il permettra également de résoudre une question sociale, qui est l’exode rural. En effet, les jeunes qui auront appris un métier dans le centre de formation seront capables d’assurer leur subsistance et d’améliorer par eux même leurs conditions de vie dans leurs villages » a expliqué le diplomate.

Par ailleurs, il a exhorté le bénéficiaire à exécuter de manière appropriée le présent don conformément au contrat signé. Il dit aussi avoir foi que ce projet permettra de lutter contre la pauvreté tout en améliorant la productivité agricole. Notons qu’une des salles du centre portera le nom de l’ambassadeur qui est en fin de mission au Burkina.

Dimitri Kaboré 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir