Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

ECONOMIE

L’ambassadeur du Japon au Burkina, Masato Futaishi a procédé ce vendredi 10 février 2017 à Ouagadougou à la signature d’un contrat de don en faveur de l’association Belwet dirigé par le Larlé Naaba Tigré.  Cette assistance financière de plus de 46 millions de francs CFA est destinée à l’exécution du projet de construction d’un centre de formation et de promotion agro-sylvo-pastorale dans la commune rurale de Dapélogo pour les jeunes vivant en milieu rural initié par ladite association.

Ce don permettra concrètement la construction de trois salles de classe et de deux ensembles de latrines. Cette assistance financière nippone s’inscrit dans le cadre du programme d’aide financière du gouvernement du japon intitulé « Dons aux micros-projets locaux contribuant à la sécurité humaine ».

Ce centre  qui accueillera ses premiers apprenants en juin 2017, dispensera des formations en continue et à la carte en matière d’agronomie, de sylviculture, de pisciculture, d’aviculture et d’autres types d’élevage. La première cuvée attendue selon le promoteur dudit centre est d’environ 300 personnes.

« Les paysans burkinabè sont de braves hommes mais ils n’ont pas reçu la technicité nécessaire pour augmenter le rendement de leurs hectares de culture. A travers les formations théoriques et pratiques que nous allons leur enseigner, beaucoup de choses vont changer dans les cinq années à venir » a indiqué le Larlé Naaba Tigré.

Outre les techniques agricoles que dispensera ledit centre, le promoteur a également laissé entendre qu’il sera enseigné aussi des techniques de développement personnel pour l’éveil du potentiel des futurs pensionnaires. Aussi la méthode Kaizen, concept de vie japonais y sera enseigné. Ce concept consiste à améliorer continuellement la qualité dans tous les domaines de la vie en appliquant les cinq règles que sont : Ranger, ordonner, nettoyer, rendre propre et être discipliné.

L’ambassadeur Masato Futaishi a affirmé que son pays a décidé de soutenir la création de ce centre car « il permettra d’offrir aux apprenants une formation de qualité dans un environnement approprié et de mieux les accompagner dans leur insertion socioprofessionnelle ». Et allant dans ce sens, il a indiqué que le gouvernement japonais soutiendra toute initiative visant le renforcement des ressources humaines dans le domaine agricole pour l’amélioration de la productivité.

« L’Ambassade du Japon a trouvé que ce projet est pertinent et s’inscrit dans une double perspective de développement. Ce projet permettra de former des jeunes compétents dans le domaine de l’agriculture en vue de favoriser leur insertion socioéconomique en milieu rural et leur autonomisation. Et de ce fait, il permettra également de résoudre une question sociale, qui est l’exode rural. En effet, les jeunes qui auront appris un métier dans le centre de formation seront capables d’assurer leur subsistance et d’améliorer par eux même leurs conditions de vie dans leurs villages » a expliqué le diplomate.

Par ailleurs, il a exhorté le bénéficiaire à exécuter de manière appropriée le présent don conformément au contrat signé. Il dit aussi avoir foi que ce projet permettra de lutter contre la pauvreté tout en améliorant la productivité agricole. Notons qu’une des salles du centre portera le nom de l’ambassadeur qui est en fin de mission au Burkina.

Dimitri Kaboré 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir