Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

ECONOMIE

Après s'être assurée d'un avantage dans sa lutte globale contre le nouveau coronavirus sur son propre territoire, la Chine se repositionne prudemment contre les retombées économiques de l'épidémie déjà déclarée comme pandémie.

Contrairement à la propagation rapide observée ailleurs dans le monde, la propagation du virus a été essentiellement contenue en Chine, les nouveaux risques provenant en grande partie de cas importés. La Commission nationale de la santé a déclaré avoir signalé mercredi 15 nouveaux cas confirmés sur la partie continentale, dont six étaient des cas importés.

Depuis le début de l'épidémie, la Chine a donné la priorité à la santé du peuple à l'intérieur et à l'étranger, prenant une série de mesures pour contrôler la transmission du virus au détriment de bénéfices économiques à court terme.

La flexibilité et l'agilité sont les leçons que la Chine a tirées de son combat acharné contre ce virus féroce. Peu avant que l'Organisation mondiale de la Santé ne déclare l'épidémie comme une pandémie, le Conseil des Affaires d'Etat de la Chine a dévoilé de nouvelles mesures pour soutenir le commerce extérieur et les investissements, au cas où les situations de plus en plus graves à l'étranger pourraient peser davantage sur les chaînes industrielles du monde.

-COMMANDEMENT DECISIF

Au cours de son inspection effectuée mardi à Wuhan, épicentre de l'épidémie, le président chinois Xi Jinping a réitéré que l'épidémie n'affecterait pas les fondamentaux du développement économique de la Chine qui est stable et solide à long terme, malgré des répercussions économiques à court terme.

Dans son discours prononcé lors d'une téléconférence le 23 février, M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a souligné l'importance de coordonner la prévention et le contrôle de l'épidémie et le développement économique et social.

Tout en assurant une prévention et un contrôle suffisants de l'épidémie, la reprise du travail et de la production dans certaines régions a une incidence sur l'approvisionnement de matériels pour contrôler l'épidémie, l'achèvement de la construction d'une société modérément prospère à tous égards, l'ouverture de la Chine et la stabilité économique mondiale, etc, a noté M. Xi.

M. Xi a demandé que des mesures précises soient prises pour maintenir la stabilité de l'économie.

- ENSEMBLE DE POLITIQUES

En tant que deuxième économie du monde, la Chine dispose d'une grande latitude pour maintenir une croissance économique stable. Cette grande marge de manoeuvre provient de l'ensemble de politiques riche du gouvernement.

M. Xi a exigé le bon rythme et la capacité des politiques macroéconomiques pour amortir l'impact de l'épidémie et empêcher la croissance économique de sortir d'une fourchette appropriée.

La liquidité est stimulée par des opérations d'open market et par un assouplissement ciblé du crédit. Des réductions d'impôts, de taxes et de charges sociales sont proposées aux entreprises touchées. L'approvisionnement quotidien en produits de première nécessité est assuré par l'allocation des réserves nationales. La logistique est facilitée par des canaux accélérés et des péages gratuits. La production alimentaire est garantie par le soutien à l'agriculture de printemps.

Les gouvernements à tous les niveaux répondent rapidement aux appels à l'aide. Certaines autorités locales ont organisé des bus, des trains et des vols pour ramener les employés au travail afin de réduire les pénuries de main-d'oeuvre.

-LES FORCES DU MARCHE

Outre l'aide gouvernementale, les entreprises du pays ont fait preuve de courage et de sagesse pour survivre et prospérer. Les entreprises et les usines considèrent les temps difficiles comme une chance pour découvrir des opportunités dans le contexte de la crise.

Les géants industriels prennent l'initiative d'ajustements commerciaux, tels que le déploiement de services de livraison sans contact, la promotion de salles de vente en réalité virtuelle, et des visites de sites pittoresques en ligne.

Dans l'un des secteurs les plus durement touchés, de nombreux restaurants se tournent vers la livraison de plats pour maintenir leur activité. Certains mettent même leurs chefs sur des plateformes en ligne pour présenter des plats ou donner des conseils de cuisine.

Le dynamisme du secteur numérique du pays renforce encore la résilience de l'économie en permettant à des millions de personnes de travailler, de se divertir et d'étudier en ligne chez eux.

Fin février, plus de 95% des entreprises des secteurs de la pétrochimie, des télécommunications, de l'électricité et des transports avaient repris leurs activités, tandis que le personnel de plus de 80% des entreprises à financement étranger avait repris le travail.

-LUTTE ARDUE

Xi Jinping a indiqué que l'épidémie du COVID-19 porterait inévitablement un coup relativement dur au développement économique et social de la Chine, mais son impact est temporaire et généralement gérable. Il a souligné qu'à un tel moment il était encore plus important de considérer le développement chinois dans une perspective globale, dialectale et à long-terme et de renforcer et consolider la confiance.

Les principaux objectifs de croissance économique de la Chine pour 2020 n'ont pas encore été annoncés car la session annuelle de la législature nationale a été reportée en raison de l'épidémie, mais M. Xi a rappelé que le pays avait la confiance et les capacités nécessaires pour parvenir à la construction d'une société relativement prospère dans tous les aspects et à l'éradication de la pauvreté.

Soulignant que le pays s'efforce de trouver un équilibre entre la maîtrise de l'épidémie et la relance de l'économie, les analystes et milieux d'affaires de nombreux pays ont exprimé leur optimisme prudent quant au fait que l'économie chinoise sera épargnée à long terme.

La directrice générale du FMI Kristalina Georgieva a déclaré en février qu'elle était convaincue que l'économie chinoise "restait forte" et "reviendrait à la normalité au second trimestre 2020."

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir