Aujourd'hui,
URGENT
Mali: le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans revendique l'attaque contre le camp de la Minusma et de Barkhane
Asie: la Corée du Nord annonce la fin de ses essais nucléaires et balistiques (RFI)
Ouagadougou: 6 morts dans une bousculade à l'issue d'un prêche d'un prédicateur musulman
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018

ECONOMIE

La Banque mondiale vient d’octroyer un crédit de 20 millions de dollars au Burkina Faso, afin de soutenir des réformes destinées à moderniser le secteur des transports et faciliter le commerce. Ces réformes ont été identifiées dans le cadre des opérations d’appui aux politiques de développement (OPD), et sont financées par le biais de deux séries de Crédit régional pour la facilitation du commerce et la compétitivité (CRFCC) couvrant la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. La dernière série venant d’être approuvée par la Banque mondiale en décembre 2016.


Ce nouveau prêt soutiendra le Projet de modernisation du secteur des transports et de facilitation du commerce (PAMOSET), un projet d'assistance technique, qui vise à améliorer l'efficience et la sécurité des services de transport sur la portion burkinabé du couloir de transport routier Ouagadougou-Abidjan. Ce Projet vient en complément du Projet d'appui à la modernisation du secteur des transports et de facilitation du commerce sur la section ivoirienne du Corridor Ouagadougou-Abidjan.

«Le développement du Burkina Faso dépend de son adhésion aux initiatives d’intégration régionale,  visant à promouvoir la compétitivité au sein d’un même espace communautaire, à surmonter les obstacles au commerce, à réduire les coûts du transport et de l'énergie. Une  baisse des coûts du transport influerait sur les prix des produits importés et des produits de base, y compris les produits alimentaires et améliorerait ainsi les conditions de vie des populations, notamment les plus pauvres » a souligné Cheick Kanté, représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso.
 

Pour Fabio Galli, chef d'équipe du projet à la Banque mondiale, « ce projet est salutaire, car sous sommes persuadés qu’en combinant les actions prévues dans le cadre du Projet à ceux de son pendant ivoirien, il serait  possible d'améliorer l'efficacité et la sécurité de la section burkinabè du Corridor. De plus, le renforcement des capacités à moyen terme, rendu possible par le Projet, combiné à la réforme politique à court terme, assurée par les opérations du CRFCC, devrait faciliter la création d'un cadre institutionnel approprié et pousser les deux pays à veiller à ce que le Corridor fonctionne de la manière la plus efficace et la plus sûre possible »,  a conclu Aguiratou Savadogo-Tinto, co-responsable du projet à la Banque mondiale.


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé