Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

ECONOMIE

Le Syndicat national des agents des impôts et des domaines (SNAID) est sorti de son silence ce samedi 24 novembre 2018 au cours d’une conférence de presse, qui servait de cadre pour qu’elle livre sa position face à la retenue à la source de la taxe de résidence opérée par le gouvernement. Il qualifie cette mesure de « répression fiscale ».

 « On ne peut pas saisir le salaire d’un travailleur sans suivre la procédure » foi de Nongo Grégoire Traoré, secrétaire général de la SNAID.  En début novembre, via un communiqué, la direction générale des impôts invitait les usagers à s’acquitter de leur taxe de résidence, faute de quoi, elle procédera à des retenues à la source.  

Selon le constat de certains fonctionnaires, les retenues à la source ont été opérées sur les salaires du moi de novembre 2018. C’est cette situation qui est décriée par M. Traoré et ses camarades qui trouvent que le délai donné n’était pas « raisonnable ». Selon Nongo Grégoire Traoré, le communiqué a été publié en début de mois de novembre, et les concernés avaient jusqu’à la date du 10 du même mois, pour être en règle. De ce fait, pour la SNAID, cette procédure appliquée par l’Etat est « illégale et injuste ».  Et c’est fort de ce constat, qu’il estime qu’il s’agit « d’une violation flagrante du principe de l’égalité de tous devant les impôts ». 

Par ailleurs, constatant que certains de leurs camarades ont déjà été victime de cette « injustice » car ayant été coupés d’une retenue à la source allant de 4.000 F CFA à 9.000 F CFA, le SNAID exige du gouvernement un remboursement desdites sommes « sans formalité préalable ». 

Par la même occasion, le gouvernement a été invité à « l’arrêt des procédures de tracasseries contre les travailleurs, à la soumission de tous les citoyens en fonction de leur faculté contributive à des bases d’impositions juste et équitables et au recouvrement des dettes de l’Etat de toutes natures ».